Telegraph: un ancien agent britannique fournit des dossiers sur Trump

L’ancien officier du renseignement britannique Christopher Steele, qui a rédigé des preuves compromettantes contre l’ancien président américain Donald Trump, a fourni au FBI un deuxième dossier sur Trump pendant sa présidence, selon le journal Telegraph, citant des sources bien informées. 

Telegraph: un ancien agent britannique fournit des dossiers sur Trump

Il est à noter que pendant le mandat de la présidence de Donald Trump, Steele a fourni aux autorités américaines un certain nombre de rapports sur le chef de l’État, y compris des rapports sur des allégations d’exploitation sexuelle. Il a également, selon la publication, continué à fournir aux États-Unis des informations brutes via sa société Orbis Business Intelligence. 

Lire aussi : Le pape reçoit le ministre irakien des Affaires étrangères Hussein au Vatican

Steele a rédigé un dossier sur Trump en 2016. À la demande des opposants politiques de Trump, il a préparé des informations incriminantes contre lui pour la société Fusion GPS basée à Washington. Le dossier est parvenu à la presse après les élections de 2016. 

Le rapport affirmait que la Russie avait des preuves compromettantes sur Trump. Les services de renseignement américains, qui à l’époque étaient encore dirigés par les personnes nommées par Barack Obama, n’ont commencé ni à confirmer ni à nier le contenu du dossier et les détails graisseux dont il regorgeait. Trump lui-même a plus d’une fois qualifié le dossier de faux, et l’attaché de presse du président russe Dmitri Peskov a qualifié le dossier de « canard ». 

L’identité des «sources» du dossier de l’ancien officier du renseignement britannique Christopher Steele a été révélée par les médias américains en juillet dernier. Selon eux, il s’agissait de l’analyste Igor Danchenko, né à l’époque soviétique en Ukraine et qui a ensuite grandi en Russie. Après cela, il a travaillé aux États-Unis, en tant que spécialiste de la Russie et de l’Eurasie. La deuxième source d’information s’appelait Olga Galkina, 40 ans originaire de Perm. Le matériel indiquait qu’au moment de la réception de la commande à l’été 2016, Galkina travaillait à Chypre dans la société XBT Holding de l’entrepreneur russe Alexei Gubarev. En outre, Galkina aurait «soutenu l’allégation» selon laquelle l’avocat de Trump, Michael Cohen, aurait rencontré des agents des renseignements russes à Prague à l’été 2010. 

Le FBI dirigé par le président démocrate Obama a mené une enquête contre Trump en 2016-2017. Les enquêteurs ont tenté de savoir si le candidat à la présidentielle était toujours de mèche avec les autorités russes pour remporter les élections. Plus tard, le même problème a fait l’objet d’une enquête par le procureur spécial indépendant Robert Mueller, qui au printemps 2019 est parvenu à la conclusion qu’il n’y avait aucune preuve d’un tel complot. La Russie et Trump ont catégoriquement nié les accusations, le président américain les considère comme politiquement motivées. 

Rejoignez News-Front sur GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

comments powered by HyperComments