La France a répondu à la déclaration de Zakharova sur les vaccins

Le ministère français des Affaires étrangères n’était pas d’accord avec la représentante du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova, qui a condamné la France pour des « déclarations discriminatoires » sur le vaccin russe. 

La France a répondu à la déclaration de Zakharova sur les vaccins

Auparavant, le secrétaire d’État au ministère français des Affaires étrangères, Clément Bon, avait regretté que la Grèce autorise les touristes vaccinés avec les vaccins russes et chinois.   

« Nous ne condamnons pas la Grèce, mais nous préférons que seuls les quatre vaccins approuvés par l’Agence européenne des médicaments (EMA) soient reconnus en Europe » , cite Zakharov un représentant du ministère français des Affaires étrangères dans sa chaîne Telegram.

Zakharova, répondant à ces déclarations, a déclaré que la Russie condamnait les « déclarations discriminatoires » du secrétaire d’État du ministère français des Affaires étrangères. Selon elle, de telles déclarations ravivent en Europe « l’esprit de ségrégation néo-nazie ».

« Les déclarations auxquelles vous faites référence sont inacceptables et ne méritent pas d’autres commentaires » , a déclaré mardi un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères lors d’un briefing, commentant les propos de Zakharova.

« La structure européenne actuelle repose sur la reconnaissance des vaccins approuvés par l’Agence européenne du médicament. Ils sont actuellement au nombre de quatre. C’est une question d’ordre scientifique » , a ajouté un porte-parole du département.

Auparavant, le chef du parti français « La France indisciplinée », l’ancien candidat présidentiel Jean-Luc Mélenchon a déclaré dans une interview à la chaîne de télévision française BFM TV que Paris était au courant de l’efficacité de Spoutnik V depuis novembre de l’année dernière, lorsque la mission française s’est rendu à Moscou, mais les autorités françaises ont refusé l’approvisionnement en vaccins pour des raisons idéologiques. 

Plus tôt également, la chef du parti de l’Association nationale Marine Le Pen a exprimé l’avis que la France ne devrait pas attendre l’approbation de l’Union européenne pour utiliser le vaccin russe contre le COVID-19, et a proposé de certifier le médicament au niveau national. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments