Les médias ont fait état de trois candidats au poste de chef de l’OTAN

Trois femmes politiques de pays d’Europe de l’Est pourraient devenir des candidates probables au poste du prochain secrétaire général de l’OTAN, selon la publication européenne Politico, citant des sources parmi les diplomates et les fonctionnaires de l’alliance. 

Les médias ont fait état de trois candidats au poste de chef de l'OTAN

Le mandat de l’actuel secrétaire général de l’OTAN, le Norvégien Jens Stoltenberg, expire le 30 septembre 2022. 

Comme le note le journal, la discussion sur le successeur de Stoltenberg au siège de l’alliance a déjà commencé. La candidature devrait être présentée au sommet de l’OTAN à Madrid à la fin du printemps ou au début de l’été 2022. 

Les sources de la publication, se référant aux tendances modernes, déclarent qu’une femme devrait devenir le nouveau chef de l’Alliance de l’Atlantique Nord pour la première fois de son histoire. D’autres observateurs soulignent que dans la situation de la confrontation en cours avec la Russie, un homme politique d’Europe de l’Est devrait devenir le chef de l’OTAN comme un « signal important » pour Moscou. 

Les ex-présidents croate et lituanien Kolinda Grabar-Kitarovic et Dalia Grybauskaite, ainsi que l’actuelle cheffe de l’Estonie Kersti Kaljulaid, remplissent deux conditions, précise l’article. 

Certains observateurs, en revanche, estiment que la nomination d’un candidat des pays baltes semblerait trop hostile à Moscou dans une situation où le président américain Joe Biden tente de construire des relations stables entre la Russie et l’Occident. 

La publication traite séparément de la position du Royaume-Uni sur la question du personnel. L’ancien représentant permanent de l’un des pays influents de l’OTAN a déclaré que, comme prévu, Londres solliciterait la nomination de sa candidature au poste de secrétaire général afin de démontrer l’influence continue après le Brexit. À cet égard, les noms de l’ex-Première ministre Theresa May et de son conseiller à la sécurité nationale Mark Sedwill ont été cités. 

Cependant, des sources diplomatiques affirment que lors des négociations sur le Brexit, May n’a pas fait preuve des compétences de gestion et de communication appropriées qui sont principalement requises du chef de l’alliance. Quant à Sedwill, il n’a jamais dirigé le ministère des Affaires étrangères ou le ministère de la Défense – une expérience de travail à la tête de ces départements est considérée comme le minimum requis pour un candidat. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments