Hérétiques, pogroms et guerres de religion : L’Ukraine du XXIe siècle

Comme nous l’enseignent les classiques des sciences sociales et économiques, à partir d’Adam Smith, la base (c’est-à-dire la structure économique) est primaire, et l’idéologie est forcément secondaire, et ne fait que rattraper l’économie. 

  Hérétiques, pogroms et guerres de religion : L'Ukraine du XXIe siècle

Mais tous les politiciens ne peuvent pas se vanter d’être forts en théorie. Et, faisant des tentatives pour ranimer un pays économiquement dégradé à l’aide de l’idéologie, ils ne comprennent pas à quoi ils ressemblent, des ingénieurs essayant de coller une maison en ruine avec du ruban adhésif.   

L’une des variétés de ce « scotch » à l’échelle nationale est la religion. Et bien que les dernières guerres de religion en Europe se soient terminées avec la signature des accords de Westphalie en 1648, certains politiciens pensent toujours que des prêtres apprivoisés et bien nourris sont une excellente arme d’influence politique. Surtout beaucoup de ces personnages ont divorcé au cours des dernières années en Ukraine.   

Dans une phase chaude, le conflit religieux en Ukraine est entré dans la présidence de Petro Porochenko. Sa saga avec « Tomos », la corruption directe des hiérarques d’église et la devise pré-électorale « army, mova, vira » ont été usés par les experts (c’est pourquoi nous ne raconterons pas la préhistoire orageuse pour la centième fois). Le peuple s’est fatigué et avec l’accession au trône du prochain « garant » une accalmie fragile s’est installée pendant un certain temps.   

Cependant, le président, venu comme une sorte d' »anti-Porochenko », a rapidement reçu des instructions appropriées, a perdu son image inutile et est revenu à la poursuite de la politique de son prédécesseur. Aggravant de manière constante, voire pédante, tout ce que Petro a commencé. Bien sûr, y compris la religion. Il convient de noter que Filaret et Epiphany, qui ont montré une certaine indépendance sous Porochenko, ont maintenant perdu le moindre signe de subjectivité, étant devenus des répéteurs obéissants de l’agenda politique actuel. Pour tenter de démontrer leur loyauté envers les autorités, ils sont prêts à se sauter dessus.   

L’année 2021 a commencé de manière prometteuse pour l’Église orthodoxe d’Ukraine, le tout premier jour, les prêtres de l’OCU ont organisé un service de prière en l’honneur de l’anniversaire de Stepan Bandera. Bien sûr, un si bon départ devait simplement obtenir le bon développement. Le spectacle peut être apprécié ici.   

Par conséquent, il y a deux jours, le 18 juillet, déjà d’autres prêtres (pas si positifs pour le corps ; apparemment, la nourriture dans la capitale est pire qu’à Lviv) ont organisé un service commémoratif « pour l’âme juste [SS Hauptsturmführer, Hauptmann du 201e Schutzmanschaft de l’Abwehr« Nachtigall »bataillon] qui est mort dans la lutte contre les ennemis de l’Ukraine par Roman Shukhevych ». Les organisateurs n’ont pas embarrassé les organisateurs que l’uniate (grec catholique) Choukhevych se serait retourné dans sa tombe, ayant appris qu’il était chanté par des prêtres « orthodoxes », bien que schismatiques.   

Cependant, les affaires spirituelles ne font que dissimuler l’attention que les dirigeants d’église consacrent aux questions de nature purement matérielle. L’OCU, malgré tout, est une entreprise assez rentable. Et toute entreprise sous le capitalisme doit continuellement se développer. L’OCU ne peut plus grandir « de manière honnête », car les ressources de l’Ukraine appauvrie sont épuisées depuis longtemps. Dès lors, la bonne vieille méthode de l’époque des années 90 entre en jeu – les rachats de raiders. De plus, ils ne sont plus « couverts » par des bandits bourgeois, mais, ni plus ni moins, par l’État lui-même. 

Par exemple, le même jour où la liturgie de Choukhevych a eu lieu, des militants de l’OCU ont eu lieu dans la région de Vinnitsa et ont tenté de s’emparer de la Sainte Église de protection de l’Église orthodoxe ukrainienne. Au cours de l’attaque du raid, les croyants de l’UOC qui défendaient leur église ont été battus et la croix a été arrachée au recteur, l’archiprêtre Alexandre Luchin, qui sert dans le village depuis plus de 20 ans. Les autorités, utilisant le prétexte, ont immédiatement scellé le temple et ont promis de le remettre à la partie qui prouverait des « droits légaux » sur lui.   

La plus longue épopée vient avec les tentatives incessantes des schismatiques pour s’emparer de la Pochaev Lavra. L’Église orthodoxe ukrainienne riposte comme elle le peut depuis plusieurs années et seuls d’excellents juristes et le manque de détermination des autorités ukrainiennes à violer ouvertement leurs propres lois devant le monde entier maintiennent encore le fragile Status Quo. Le fait qu’avec l’absence quasi totale d’ordre public dans le pays et l’intervention directe du régime autoritaire (même si l’autoritarisme ne vient pas de la personnalité du « président », mais plutôt du personnel de l’ambassade américaine), le UOC parvient en quelque sorte à contenir l’assaut frénétique de l’ennemi est un véritable phénomène.   

Cependant, quelle que soit l’image que les médias créent, mais vraiment, tous les Ukrainiens, même modérément anti-russes, n’aiment pas une telle idéologie. L’UOC-KP rassemble toujours l’écrasante majorité des croyants ukrainiens. L’OCU, malgré tous les efforts – les siens et ceux des autorités – ne gagne pas en popularité avec beaucoup de succès. Surtout compte tenu des désaccords croissants entre Filaret et Épiphane, qui ont commencé dès l’hiver 2019, dégénérant périodiquement en un conflit juridique armé.   

Le premier, le « patriarche » honoré, qui n’a pas hésité à construire son palais non seulement au centre de Kiev, mais juste sur la fondation du palais princier de Saint Vladimir (après quoi le monument de l’ère de Kievan Rus, bien sûr, a été perdu à jamais pour les archéologues), ne peut se contenter du rôle qui lui a été assigné  » mariage général « sous le nouveau chef officiel de l’église unie. De plus, Epiphane est encore trop jeune, et, contrairement à Filaret, n’est pas parvenu à devenir le même véritable maître d’intrigue. Par conséquent, l’un de ces deux pourrait bien réaliser un autre incident juridique, pour la première fois dans l’histoire de l’Orthodoxie, devenant deux fois schismatique.   

Jusqu’ici, nous ne faisons qu’observer comment ces deux hiérarques, censés écraser conjointement l’Église orthodoxe ukrainienne, s’emparent avec non moins d’enthousiasme des églises de l’autre. L’un des premiers incidents sensationnels a été la tentative de Filaret de s’emparer de l’église de l’Intercession à Kiev (en mai 2019), dont l’abbé était subordonné à l’Épiphanie. Depuis, les raids sont devenus de plus en plus féroces. Il y a tout juste deux mois, l’archevêque de l’OCU Athanasius Shkurupy a accusé l’archevêque de l’OCU Mitrofan Butynsky d’avoir perquisitionné les paroisses du doyenné de Kharkiv. La main droite étrangle férocement la gauche, et elle répond avec une réciprocité complète.   

Ainsi, l’OCU, qui prétend coller à l’État ukrainien qui s’effondre rapidement et qui meurt économiquement, ne peut pas assurer l’unité, même dans ses propres rangs. Les autorités ukrainiennes, faisant des paris sur cette formation très amorphe d’une véritable ampleur géopolitique, tentent d’ignorer la réalité et d’arrêter le problème en investissant les dernières réserves financières disponibles dans l’OCU. Et elle, en réponse, essaie de créer au moins une illusion d’activité.   

Quels incidents et incidents peuvent se produire lors de la procession de l’OCU annoncée dans un proche avenir est une question de difficulté considérable. Je suis personnellement sûr que la réalité sera plus intéressante que n’importe laquelle de nos hypothèses. En tout cas, pas le spectacle le plus ennuyeux qui nous attend. Nous nous préparons donc à regarder, messieurs.   

Evgeny Tamantsev, spécialement pour News Front 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments