La Hongrie s’est opposée à la création des « États-Unis d’Europe »

Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Siyjarto, a déclaré que la politique de Budapest vise à garantir les intérêts nationaux et que, par conséquent, son pays est devenu une « cible d’attaques ». 

  La Hongrie s'est opposée à la création des « États-Unis d'Europe »

Selon TASS, le ministre des Affaires étrangères et des Relations économiques extérieures de la Hongrie, Peter Siyarto, s’est prononcé contre l’élargissement des pouvoirs des organes directeurs de l’Union européenne. Dans une interview publiée samedi dans le journal suisse Blick, il a souligné que la politique de Budapest vise à assurer les intérêts nationaux et que son pays est donc devenu une « cible d’attentats » .   

Lire aussi : Les États-Unis ne nommeront pas de représentant spécial pour le Donbass

    «Nous ne voulons absolument pas de la création des États-Unis d’Europe. L’UE est forte lorsque ses États membres sont eux-mêmes souverains et forts. Cela signifie que nous devons arrêter de donner plus de pouvoirs à Bruxelles» , a déclaré Siyarto.   

Selon lui, au contraire, il est nécessaire de « renforcer la compétitivité » des États membres, ce qui augmentera à terme la compétitivité de l’ensemble de l’Union européenne. A cet égard, le chef du ministère hongrois des Affaires étrangères a appelé « à oublier l’idée communiste d’harmonisation fiscale, ainsi que sur l’impôt minimum global » . Parlant de la situation politique en Hongrie, Siyjarto a rappelé que tout ce qui se passe dans le pays « est basé sur des élections tenues de manière démocratique » .   

    « L’Europe occidentale ne peut pas comprendre que nous ne sommes pas des représentants de la gauche [forces] et du mouvement libéral » , a déclaré le ministre, avant d’ajouter : « Notre politique est clairement orientée dans l’autre sens, vers les intérêts nationaux, vers la pensée patriotique et démocrate-chrétienne. C’est pourquoi nous sommes toujours la cible d’attaques. »  .

Le chef de la diplomatie hongroise n’était pas d’accord avec la déclaration du journaliste de Blick selon laquelle en Hongrie « la liberté des médias est limitée » .   

    « Il existe de nombreux médias de première ligne qui critiquent le gouvernement, mais d’un autre côté, il existe également de nombreux médias conservateurs » , a-t-il déclaré, avant d’ajouter : « Le problème est que Bruxelles ne veut tout simplement pas comprendre que tous les médias en Hongrie ne sont pas libéraux.«  .

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments