Biden prolonge d’un an l’ordonnance de sanctions pour ingérence électorale aux États-Unis

Dans un communiqué, le président américain note que le développement des technologies numériques ces dernières années « a créé des vulnérabilités importantes et accru l’ampleur et l’intensité de la menace d’ingérence étrangère ». 

  Biden prolonge d'un an l'ordonnance de sanctions pour ingérence électorale aux États-Unis

Selon TASS, dans un communiqué publié mardi par le service de presse de la Maison Blanche, il est dit que le président américain Joe Biden a prolongé d’un an le décret exécutif, prévoyant l’utilisation de sanctions unilatérales contre des organisations et des individus étrangers pour ingérence dans le élections américaines.   

Lire aussi : L’Ukraine ne rejoindra pas l’OTAN au cours de la prochaine décennie

Sur la base de ce décret, les États-Unis ont imposé à plusieurs reprises des sanctions à des personnes physiques et morales de Russie en lien avec la prétendue ingérence dans le processus électoral américain. Moscou a rejeté à plusieurs reprises les conclusions sur les tentatives d’influencer le cours des élections américaines.   

    « Je prolonge d’un an l’état d’urgence décrété dans le décret exécutif 13848 en raison de la menace d’ingérence étrangère dans les élections américaines et de saper la confiance du public à leur égard » , a déclaré le dirigeant américain dans un communiqué, avant d’ajouter : « le décompte des voix lors de toutes les élections aux États-Unis, les États étrangers ont historiquement cherché à bénéficier du système politique américain libre et ouvert.» .

Le communiqué note que le développement des technologies numériques ces dernières années «a créé des vulnérabilités importantes et accru l’ampleur et l’intensité de la menace d’ingérence étrangère» .   

    «La capacité d’individus en dehors des États-Unis à intervenir et à saper la confiance du public dans les élections américaines, notamment par le biais d’un accès non autorisé à l’infrastructure des sièges électoraux et de campagne, et la diffusion secrète de propagande et de désinformation, continue de constituer une menace  extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis. Pour cette raison, l’état d’urgence décrété le 12 septembre 2018 devrait être prolongé» , précise Biden.

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments