L’opération de sauvetage lors de l’attaque terroriste du 11 septembre

Chaque moment de l’opération de sauvetage lors des attentats du 11 septembre 2001 à New York a été « le plus difficile », les sauveteurs savaient qu’il pouvait y avoir des gens sous les décombres, mais ne savaient pas comment les atteindre, un vétéran de la Opération de sauvetage du 11 septembre, un pompier d’Indianapolis Greg Hess. 

L'opération de sauvetage lors de l'attaque terroriste du 11 septembre

L’attentat contre les tours jumelles du World Trade Center à New York a eu lieu le 11 septembre 2001. 

Greg Hess est arrivé sur les lieux du drame à New York 16 heures après la chute de la deuxième tour du World Trade Center. Un sauveteur a été dépêché pour dégager les décombres d’Indianapolis, dans l’Indiana, et est resté à New York pendant huit jours. « Il y avait un sentiment d’étonnement complet qu’il y ait peut-être encore des vivants sous les décombres, mais on n’a jamais cessé de se demander comment on pouvait les atteindre », se souvient le pompier. Hess et ses collègues de la première brigade se spécialisent dans les opérations de sauvetage d’urgence, mais il admet que chaque moment de l’opération a été « le plus difficile ». 

« Chaque instant était » le plus difficile. « On ne savait jamais ce qui pouvait changer, si les ruines allaient bouger, et d’ailleurs, les incendies continuaient partout », se souvient le sauveteur. 

À son avis, la tragédie a changé la vie des gens du monde entier, influençant à jamais la façon dont chacun d’entre nous vit sa journée. Hess lui-même, comme des milliers de ses collègues, en plus de traumatismes psychologiques, a subi de véritables blessures physiques lors des opérations de sauvetage. Lors des attentats terroristes et à la suite de l’effondrement de gratte-ciel, le Lower Manhattan était recouvert de tonnes de poussière d’amiante et de ciment, le ciel était couvert de produits de combustion, notamment de produits chimiques dangereux, de petits fragments et de débris. Selon les statistiques disponibles, près de 10 000 pompiers et sauveteurs employés pour éliminer les conséquences de l’attaque terroriste ont par la suite été diagnostiqués avec diverses maladies oncologiques. L’interlocuteur de l’agence est l’un d’entre eux. En 2007, on lui a diagnostiqué un cancer du côlon de stade 3, une maladie résultant d’un empoisonnement corporel reçu lors de l’opération de sauvetage. 

Parmi les 62 collègues de Hess, 26 personnes ont reçu un diagnostic de divers cancers et quatre sont décédées.

« 68 types de cancer différents ont été identifiés parmi les sauveteurs. En octobre 2019, plus de sauveteurs sont morts que le nombre de ceux qui sont morts dans les attentats du 11 septembre, donc les conséquences d’eux sont de plus en plus nombreuses » , a déclaré le pompier. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments