Une crise diplomatique sans précédent a éclaté entre la France et les États-Unis

Une crise diplomatique sans précédent a éclaté entre la France et les États-Unis après que l’Australie a arraché un important contrat de sous-marins avec Paris et opté pour des sous-marins nucléaires américains, rapporte France Info. 

Une crise diplomatique sans précédent a éclaté entre la France et les États-Unis

Le membre de l’Assemblée nationale Jean-Luc Mélenchon estime que la France doit cesser de « se nourrir d’illusions » et se retirer de l’alliance nord-atlantique, ainsi que réduire les projets d’ouverture d’un centre d’excellence de l’OTAN dans le domaine de la sécurité spatiale. Washington voulait le placer à Toulouse.   

La résiliation du contrat de construction de sous-marins diesel-électriques par le Naval Group pour la marine australienne est le résultat d’un accord stratégique conclu par Canberra avec Washington et Londres, selon la publication. 

Cet événement « remet en cause » les liens de Paris avec ses alliés anglo-saxons et aura de « graves conséquences », selon les sénateurs et députés français. 

« Les États-Unis ont retiré leurs troupes d’Afghanistan sans coordination avec les partenaires de l’OTAN. La rupture de l’accord sur les sous-marins à cause de Washington est un autre événement qui devrait conduire à une évaluation précise des relations entre la France et son allié historique » , ont déclaré les parlementaires dans un communiqué conjoint.

L’article note que l’accord conclu avec Canberra il y a cinq ans était colossal en termes économiques et géopolitiques. Son annulation a causé un grand choc à l’État et à l’industrie français.   

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le président américain Joe Biden et le Premier ministre australien Scott Morrison ont annoncé cette semaine un nouveau partenariat de défense et de sécurité AUKUS. La première initiative sera la création de sous-marins nucléaires pour la marine australienne, qui renonce à un accord avec la France pour acheter des sous-marins pour 66 milliards de dollars. 

Dans le contexte de cet événement, Canberra a annulé un contrat avec le navire amiral du chantier naval français Naval Group pour la production de 12 sous-marins diesel-électriques de la classe Barracuda. Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a qualifié la résiliation de l’accord de « coup de poignard dans le dos » et a accusé l’Australie de saper la confiance. Le New York Times a rapporté que Paris avait annulé sa célébration conjointe du 240e anniversaire de la bataille navale de Chesapeake avec Washington pour protester contre la perte d’une commande lucrative. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments