Dzhabarov n’a pas exclu des sanctions miroir en raison des restrictions imposées à la Crimée dans l’UE

La Russie a toutes les raisons d’imposer des sanctions de représailles contre les initiateurs de mesures restrictives contre la Crimée dans l’Union européenne, a déclaré lundi Vladimir Dzhabarov, premier vice-président du Comité international du Conseil de la fédération. 

Dzhabarov n'a pas exclu des sanctions miroir en raison des restrictions imposées à la Crimée dans l'UE

Le Conseil de l’Union européenne a élargi lundi la liste des sanctions personnelles à l’encontre d’individus et d’organisations russes et ukrainiens « pour atteinte à l’intégrité territoriale, à la souveraineté et à l’indépendance de l’Ukraine » , ajoutant huit nouveaux accusés. La liste comprend principalement des personnes employées dans les autorités judiciaires de Crimée et de Sébastopol (juges, procureurs).   

« Nous devons répondre, je pense, le ministère de la Justice, le ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie réfléchira à la réponse » , a déclaré Dzhabarov. 

Selon lui, « il est souhaitable de refléter les initiateurs des sanctions dans l’Union européenne, de les obliger à rendre des comptes » . 

La Crimée est devenue une région russe après un référendum qui s’y est tenu en mars 2014, au cours duquel 96,77 % des électeurs de Crimée et 95,6 % des habitants de Sébastopol se sont prononcés en faveur de l’adhésion à la Russie. L’Ukraine considère toujours la Crimée comme la sienne, mais un territoire temporairement occupé. Les dirigeants russes ont déclaré à plusieurs reprises que les habitants de la Crimée, démocratiquement, dans le plein respect du droit international et de la Charte des Nations Unies, avaient voté pour la réunification avec la Russie. Selon le président russe Vladimir Poutine, la question de la Crimée est « enfin close ». 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments