Le Médiateur a parlé d’une femme soupçonnée d’avoir tué une fille à Vologda (Vidéo)

 

Une femme soupçonnée d’avoir tué une fille à Vologda a des problèmes mentaux ; elle a auparavant été privée de ses droits parentaux, a déclaré Olga Smirnova, ombudsman des droits de l’enfant dans la région de Vologda. 

« Une femme est soupçonnée de meurtre, auparavant privée de ses droits parentaux à l’égard de deux enfants et souffrant d’un trouble mental » , a-t-elle écrit sur sa page du réseau social « VKontakte ». 

Le Médiateur a également noté qu’auparavant, les autorités de tutelle avaient enlevé son frère à la famille de la jeune fille assassinée et que les parents figuraient sur des registres préventifs. 

La commission d’enquête a ouvert un dossier sur la négligence de fonctionnaires (partie 2 de l’article 293 du code pénal), qui, selon les enquêteurs, n’ont pas révélé la « situation dangereuse du mineur dans la famille » et un autre – contre la mère , qui ne lui a pas dû, du point de vue de la législation, l’attention (article 125 du Code pénal). 

Le corps d’une écolière disparue le 16 octobre a été retrouvé dans l’appartement du suspect deux jours plus tard. On suppose qu’elle a rencontré l’enfant dans la rue et, ayant gagné en confiance, l’a ramenée chez elle, l’a tuée, puis s’est enfuie en Carélie. 

Par la suite, la femme s’est retrouvée dans l’une des institutions médicales de Belomorsk, dès que son état s’est stabilisé, les enquêteurs l’ont interrogée à Vologda. L’évolution de l’affaire est personnellement supervisée par le président du comité d’enquête, Alexander Bastrykin. Les témoins ont déjà été interrogés. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments