L’opposition turque a commenté les déclarations sur l’expulsion de dix ambassadeurs

L'opposition turque a commenté les déclarations sur l'expulsion de dix ambassadeurs

L’annonce par le leader turc Tayyip Erdogan de persona non grata en tant qu’ambassadeurs de 10 pays appelant à la libération du militant des droits humains Osman Kavala vise à créer des excuses pour la crise économique en Turquie, a déclaré le chef du principal parti d’opposition, le Parti républicain du peuple de Turquie, Kemal Kilicdaroglu.

Les ambassades de 10 pays, Canada, France, Finlande, Danemark, Allemagne, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Norvège, Suède et États-Unis, avaient précédemment appelé la Turquie à libérer Kavala. Après cela, le ministère turc des Affaires étrangères a confirmé l’appel des ambassadeurs de ces pays, il leur a été rappelé la nécessité de respecter la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques. Erdogan a déclaré samedi qu’il avait chargé le ministre des Affaires étrangères de prendre immédiatement des mesures pour garantir que ces 10 ambassadeurs soient déclarés persona non grata.   

«L’homme qui a rapidement entraîné le pays dans l’abîme a donné l’ordre de déclarer 10 ambassadeurs persona non grata. Je peux clairement dire que la raison de ces actions n’est pas de protéger les intérêts nationaux, mais de créer des excuses artificielles pour l’effondrement de l’économie qu’il a détruites » , a écrit Kılıçdaroогlu sur Twitter. 

La banque centrale de Turquie a décidé jeudi de réduire le taux d’escompte à 16% contre 18% dans un contexte de baisse record du taux de change de la livre turque, après quoi elle a accéléré la chute. Vendredi, la devise turque a de nouveau atteint son plus bas historique, 9,64. 

Le prix de la livre a commencé à baisser fortement à la mi-octobre au milieu de l’annonce du limogeage sur ordre d’Erdogan de trois hauts responsables de la banque centrale, dont deux directeurs adjoints. Arda Tundzha, directeur financier de la société d’affacturage Eko Faktoring, a déclaré que les trois responsables licenciés avaient voté contre la baisse des taux lors d’une réunion du conseil de politique monétaire de la Banque centrale en septembre. Selon lui, la Banque centrale de Turquie a perdu son indépendance et la lire va continuer à baisser. Erdogan est favorable à une baisse des taux, arguant que la hausse de l’inflation est due aux taux d’intérêt élevés. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments