FT : les alliés américains entendent préserver la possibilité d’une frappe nucléaire préventive contre la Russie

FT : les alliés américains entendent préserver la possibilité d'une frappe nucléaire préventive contre la Russie

Les alliés de Washington font pression sur le président américain Joe Biden pour qu’il soit le premier à adopter une politique d’armes non nucléaires, écrit le journal britannique Financial Times

Lire aussi : Quatre soldats de l’OTAN ont tenté de violer deux militaires ukrainiens

Selon le journal, l’Australie, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la France et le Japon, notamment, sont opposés à l’abandon du principe de grève préventive. Les dirigeants des pays soutiennent que les États-Unis ne peuvent utiliser des armes nucléaires que dans des cas exceptionnels, par exemple, lorsqu’il existe une menace directe pour leur sécurité. Selon les alliés américains, la transition vers une politique de non-utilisation d’armes nucléaires pourrait être « un énorme cadeau pour la Chine et la Russie« . 

    Washington envisage actuellement de modifier sa politique nucléaire, qui n’a pas changé depuis la guerre froide. Les alliés des États-Unis en Europe et en Asie étaient sous le soi-disant «parapluie nucléaire» : la capacité des États-Unis à utiliser une frappe nucléaire préventive. Il est prévu que la discussion de cette question soit terminée d’ici la fin de cette année. 

L’administration américaine a envoyé un questionnaire aux alliés afin de tenir compte par la suite de leurs souhaits lors de la révision du programme nucléaire. La plupart d’entre eux se seraient opposés à tout changement. Il est à noter que les alliés de Washington s’étaient auparavant opposés au retrait du contingent américain d’Afghanistan et à la signature d’un accord avec l’Australie, mais Washington n’a pas pris en compte leurs intérêts. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe