Rosoboronexport a parlé de la coopération militaro-technique avec l’Iran

Rosoboronexport a parlé de la coopération militaro-technique avec l'Iran

La Russie poursuivra sa coopération militaro-technique avec l’Iran, dans le strict respect du droit international et des lois nationales des deux pays, a déclaré à la presse Alexander Mikheev, directeur général de Rosoboronexport. 

« En ce qui concerne les perspectives de coopération militaro-technique avec l’Iran, il est nécessaire de répondre qu’en toutes circonstances, la coopération sera menée sur la base du strict respect des normes en vigueur de la législation des deux États, des obligations internationales de la parties et les normes du droit international» , a déclaré Mikheev le premier jour de l’exposition Dubai Airshow 2021 aux Émirats arabes unis. 

Selon le Plan d’action global conjoint (JCPOA), l’embargo sur les armes a été levé sur l’Iran le 18 octobre 2020. Avant cela, les livraisons d’armes n’étaient possibles qu’avec l’autorisation du Conseil de sécurité de l’ONU. 

La Russie a renégocié en novembre 2015 un accord avec l’Iran sur la vente de quatre divisions de systèmes de défense aérienne S-300, les livraisons ont été achevées en 2016. Un contrat similaire a été initialement signé en 2007, mais a été gelé après le 9 juin 2010, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 1929, qui interdisait le transfert d’armes modernes à Téhéran, y compris des missiles et des systèmes de missiles. 

Selon Dmitry Shugaev, directeur du Service fédéral de coopération militaro-technique de la Fédération de Russie, Moscou a également mis en œuvre un certain nombre d’autres contrats qui ne relevaient pas des sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU. Par exemple, Téhéran a acheté à Moscou un ensemble d’équipements de réparation et de diagnostic, des équipements de surveillance radio et des systèmes de renseignement électronique. 

Selon le Centre d’analyse du commerce mondial des armes (TSAMTO), l’Iran était intéressé par les bateaux lance-missiles, les corvettes et les navires de débarquement à coussin d’air russes. En outre, Téhéran avait besoin de la modernisation de trois sous-marins de la classe Kilo de fabrication russe, qui sont en service dans la marine du pays. Cette modernisation comprenait l’installation du système de missile Club-S. En outre, l’Iran envisageait la possibilité de commander de nouveaux sous-marins du projet 636 à la Russie. 

En outre, le directeur de TsAMTO, Igor Korotchenko, a déclaré que Téhéran souhaiterait recevoir des combattants russes Su-30 et MiG-29SMT. L’Iran a également montré un grand intérêt pour l’avion d’attaque modernisé Su-25. La République islamique pourrait également ordonner la modernisation de la flotte existante de chars T-72, ainsi que l’achat de nouveaux chars T-90S (environ 350 unités) et de véhicules de combat d’infanterie BMP-3. 

Le service de presse du FSMTC a déclaré que l’Iran est intéressé par divers produits militaires russes. L’ambassadeur de Russie à Téhéran Levan Dzhagaryan a déclaré que la Russie et l’Iran, après la levée de l’embargo sur les armes de l’ONU, mènent un dialogue sur l’ensemble de la gamme de produits militaires. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments