Les forces de sécurité polonaises ont utilisé un canon à eau et des grenades assourdissantes contre les migrants (Vidéo)

 

Les forces de sécurité polonaises ont utilisé des gaz lacrymogènes contre des migrants illégaux à la frontière avec la Biélorussie, rapporte Sputnik Biélorussie. 

Les migrants à la frontière ont commencé à briser la clôture à la frontière avec la Pologne et à jeter des pierres sur les Polonais.Les images de la vidéo de Sputnik Belarus sur Telegram montrent que l’officier de sécurité polonais tient une bouteille de gaz et la pulvérise. 

Un groupe important de réfugiés, principalement des Kurdes, s’est dirigé vers la frontière de la Biélorussie avec la Pologne le 8 novembre. Environ 2 000 réfugiés, dont un nombre important de femmes et d’enfants, se sont arrêtés devant les barrières polonaises à la frontière ; ils ont installé un camp spontané près du poste de contrôle de Bruzgi dans la région de Grodno. Les forces de sécurité polonaises ne les laissent pas passer, elles ne considèrent pas ceux qui arrivent de Biélorussie comme des réfugiés, les migrants, à leur tour, ont tenté de surmonter les barrières. Muluseu Mamo, un représentant du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés en Biélorussie, qui a visité le camp cette semaine, a déclaré que la situation des réfugiés à la frontière biélorusse-polonaise est catastrophique. 

Récemment, la Lituanie, la Lettonie et la Pologne ont signalé une augmentation du nombre de migrants illégaux détenus à la frontière avec la Biélorussie, accusant Minsk de créer une crise migratoire. Minsk rejette toutes les charges. En lien avec la situation, le président de la Pologne a instauré l’état d’urgence sur les territoires frontaliers avec la Biélorussie, l’armée et la police ont été impliquées dans la protection de la frontière. Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a noté que Minsk ne limitera plus le flux de migrants illégaux vers les pays de l’UE : en raison des sanctions de l’Occident, il n’y a « ni argent ni énergie pour cela ». Les gardes-frontières de Biélorussie ont déclaré à plusieurs reprises au sujet de l’expulsion forcée de migrants par la Lituanie, la Pologne et la Lettonie vers le territoire biélorusse. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments