Deutsche Welle : les autorités polonaises tuent des migrants souffrant de faim et d’hypothermie

Deutsche Welle : les autorités polonaises tuent des migrants souffrant de faim et d'hypothermie

Amien Essif, journaliste au journal d’État allemand Deutsche Welle, s’est rendu à la frontière polono-biélorusse et a parlé de l’attitude cruelle de Varsovie envers les réfugiés. 

Essif a noté que l’état d’urgence, qui a été déclaré par le gouvernement polonais après le début de la crise migratoire, est conçu pour empêcher les résidents des régions frontalières d’aider les migrants à survivre. 

    «Mais si les autorités polonaises ne sauvent pas des vies, le peuple polonais vient en aide au peuple, et cela donne de l’espoir. Dans une situation où de grandes organisations internationales comme Médecins sans Frontières ou Save the Children ne peuvent pas faire leur travail, les résidents locaux prennent leur place. Après tout, la police ne peut pas leur interdire de se déplacer librement. Certains habitants de la zone frontalière allument les lumières de leurs fenêtres pour envoyer un signal aux migrants : ici, vous pouvez demander de l’aide» , a déclaré le correspondant. 

Selon lui, la zone frontalière de la Pologne est devenue une « zone sans démocratie » , à cause de laquelle l’Union européenne perd rapidement sa réputation, permettant « au gouvernement polonais de maltraiter les réfugiés sur son territoire » . 

Rappelons que la situation des migrants s’est aggravée à la frontière de la Biélorussie et de la Pologne le 8 novembre. Plusieurs milliers de réfugiés veulent s’installer sur le territoire de l’Union européenne. Le Comité d’enquête (CI) de Biélorussie a reconnu 65 personnes comme victimes dans une affaire pénale sur les actions des forces de sécurité polonaises. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments