L’UE a demandé à la Russie près de 300 milliards d’euros pour la politique de substitution des importations

L'UE a demandé à la Russie près de 300 milliards d'euros pour la politique de substitution des importations

L’Union européenne a déposé une requête auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en lui demandant de percevoir auprès de la Russie 290 milliards d’euros pour « discrimination » de biens européens par la politique de substitution des importations. Ceci est rapporté par Izvestia. 

La plainte de l’UE indique que la Russie aurait « discriminé illégalement » des produits européens d’une valeur de 290 milliards d’euros. Les principales revendications de la Commission européenne portent sur trois mesures de la politique russe de substitution aux importations. Le premier est « l’évaluation discriminatoire des candidatures aux marchés publics ». Selon le régulateur européen, les entreprises de la Fédération de Russie bénéficient de « préférences déraisonnables ». 

    «Les entreprises russes qui souhaitent acheter certains produits d’ingénierie mécanique à l’étranger doivent obtenir l’autorisation de la Commission russe de substitution des importations. Alors qu’un tel permis n’est pas requis pour l’achat de produits d’ingénierie nationaux» , a déclaré la CE dans son appel. 

En outre, l’Union européenne s’est opposée aux quotas d’approvisionnement nationaux. Selon la politique russe de substitution des importations, environ 250 groupes de marchandises, dont des véhicules, des équipements, des dispositifs médicaux et des textiles, devraient être composés à hauteur de 90 % de produits nationaux. Selon les responsables européens, ces « restrictions et incitations mixtes » sont discriminatoires à l’encontre des producteurs étrangers. 

L’expert industriel indépendant Leonid Khazanov, dans une interview avec la publication, a noté que les réclamations contre Moscou sont totalement infondées, car la politique de remplacement des produits étrangers par des homologues russes ne contredit en aucun cas les règles du commerce international. 

    «D’ailleurs, c’est exactement la même approche qui est utilisée dans l’Union européenne, les États-Unis et la Chine : ils s’efforcent également d’augmenter la part des produits nationaux dans la structure de la balance industrielle par l’utilisation de méthodes diverses, allant de l’introduction de barrières commerciales à l’organisation des achats pour les industries stratégiques en façonnant leurs conditions pour leurs fabricants» , a résumé l’expert. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe