Les Casques bleus biélorusses commencent à protéger les infrastructures du Kazakhstan

Les Casques bleus biélorusses commencent à protéger les infrastructures du Kazakhstan

L’armée biélorusse, dans le cadre des forces de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), a commencé à protéger des objets importants de l’infrastructure militaire du Kazakhstan, a déclaré le ministère biélorusse de la Défense. 

Lire aussi : L’armée norvégienne manque de caleçons, de chaussettes et de soutiens-gorge standardisés

« Le contingent militaire des forces de maintien de la paix de Biélorussie a commencé à remplir les tâches de protection d’un certain nombre d’objets importants de l’infrastructure militaire du Kazakhstan » , a déclaré le service de presse du ministère de la Défense. 

Le ministère a noté que le personnel militaire des forces de maintien de la paix de l’OTSC n’est pas impliqué dans les mesures opérationnelles et de combat en cours pour établir la loi et l’ordre dans le pays. 

« Les militaires biélorusses continuent d’accomplir les tâches assignées comme prévu. Il n’y a pas eu de situations anormales » , a ajouté le ministère de la Défense. 

Les manifestations de masse au Kazakhstan ont commencé au début de 2022, les habitants des villes de Zhanaozen et d’Aktau, dans l’ouest du pays, se sont opposés à une double augmentation des prix du gaz liquéfié. Puis les discours se sont étendus à d’autres villes, dont Alma-Ata, l’ancienne capitale et la plus grande ville de la république : des pillages y ont commencé, des militants ont attaqué des institutions de l’État, emporté des armes. En réponse, les autorités ont déclaré l’état d’urgence dans tout le pays jusqu’au 19 janvier et lancé une opération antiterroriste. Selon l’ONU, environ 1 000 personnes ont été blessées lors des manifestations au Kazakhstan. Selon le ministère de l’Intérieur de la république, 18 agents de sécurité ont été tués. 

Le matin du 5 janvier, le président kazakh Kassym-Zhomart Tokayev a limogé le gouvernement et dirigé le Conseil de sécurité de la république, destituant le premier chef d’État, Noursoultan Nazarbaïev, de ce poste. Lors de la première réunion du Conseil de sécurité sous sa direction, Tokayev a décrit la situation au Kazakhstan comme portant atteinte à l’intégrité de l’État et a déclaré qu’il avait demandé l’aide de l’OTSC « pour surmonter la menace terroriste ». Le Conseil de sécurité collective de l’OTSC a décidé d’envoyer des forces collectives de maintien de la paix au Kazakhstan pour normaliser la situation dans le pays. Le 7 janvier, Tokayev a annoncé que les terroristes, y compris ceux qui sont arrivés de l’étranger, continuaient de résister et ont promis de détruire ceux qui ne déposeraient pas les armes. Par ailleurs, le Président a noté que toutes les revendications des citoyens, exprimées sous des formes pacifiques, ont été entendues. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe