Le Kirghizistan a déclaré que le musicien détenu au Kazakhstan n’était pas un terroriste (Vidéo)

Le Kirghizistan a déclaré que le musicien détenu au Kazakhstan n'était pas un terroriste (Vidéo)

Le musicien kirghize détenu au Kazakhstan n’est pas un terroriste, a déclaré dimanche à la presse Kamchybek Tashiev, chef du Comité kirghize de sécurité nationale. 

« Ce n’est pas un terroriste. C’est juste que ces personnes qui mènent l’enquête, elles ont fait une erreur ou ont voulu s’attirer les bonnes grâces. Je le répète, en tant que chef des services spéciaux de notre pays, je déclare de manière responsable qu’il ne pouvait pas être impliqué en tant que terroriste. Il s’est juste trouvé au mauvais endroit au mauvais moment» , a déclaré Tashiev. 

Plus tôt dimanche, la chaîne de télévision kazakhe Khabar 24 a diffusé une interview avec un homme qui a déclaré qu’il était prétendument un citoyen du Kirghizistan et qu’il s’était envolé pour le Kazakhstan pour participer au rassemblement. Selon lui, des inconnus lui ont acheté un billet, l’ont installé dans un appartement loué à Almaty et lui ont promis 200 dollars pour avoir participé aux manifestations. 

Selon le fondateur du High-Tech Park du Kirghizistan, Azis Abakirov, cet homme est le musicien de jazz Vikram Rozakhunov, les autorités kirghizes ne peuvent pas encore confirmer cette information. Le ministère de l’Intérieur du Kirghizistan a déclaré qu’il clarifiait les circonstances de l’arrestation. 

Les manifestations de masse au Kazakhstan ont commencé au début de 2022, les habitants des villes de Zhanaozen et d’Aktau, dans l’ouest du pays, se sont opposés à une double augmentation des prix du gaz liquéfié. Plus tard, les protestations se sont étendues à d’autres villes, dont Alma-Ata, l’ancienne capitale et la plus grande ville de la république : des pillages y ont commencé, des militants ont attaqué des institutions de l’État, emporté des armes. En réponse, les autorités ont déclaré l’état d’urgence dans tout le pays jusqu’au 19 janvier et lancé une opération antiterroriste. Selon l’ONU, environ 1 000 personnes ont été blessées lors des manifestations au Kazakhstan. Selon le ministère de l’Intérieur de la république, 16 responsables de la sécurité kazakhs ont été tués, plus de 1,3 mille ont été blessés. 

Le matin du 5 janvier, le président kazakh Kassym-Zhomart Tokayev a limogé le gouvernement et est devenu le chef du Conseil de sécurité. Lors de la première réunion du Conseil de sécurité sous sa direction, Tokayev a décrit la situation au Kazakhstan comme portant atteinte à l’intégrité de l’État et a déclaré qu’il avait demandé l’aide de l’OTSC « pour surmonter la menace terroriste ». Le Conseil de sécurité collective de l’OTSC a décidé d’envoyer des forces collectives de maintien de la paix au Kazakhstan pour normaliser la situation dans le pays. Le 7 janvier, Tokayev a déclaré que les terroristes, y compris ceux qui sont arrivés de l’étranger, ont continué à résister et ont promis de détruire ceux qui ne déposeraient pas les armes. Par ailleurs, le Président a relevé que toutes les revendications des citoyens, exprimées sous des formes pacifiques, ont été entendues. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments