Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a réagi aux pourparlers entre la Russie et les États-Unis

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a réagi aux pourparlers entre la Russie et les États-Unis

La Russie a clairement indiqué qu’elle « n’avait pas son mot à dire » sur la question de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, et que refuser d’étendre l’alliance à l’est serait une défaite stratégique, a déclaré le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmitri Kuleba, commentant les pourparlers entre la Russie et les États-Unis.

Les 9 et 10 janvier, la Russie et les États-Unis ont tenu des consultations à Genève sur les propositions de Moscou sur les garanties de sécurité, après quoi une réunion du Conseil Russie-OTAN aura lieu à Bruxelles, et des consultations à la plate-forme de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe aura lieu à Vienne. 

« La Russie n’a pas le droit de voter sur l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. C’est une « ligne rouge » que ni l’Ukraine ni nos partenaires ne franchiront. L’Occident collectif n’acceptera pas de fournir à la Russie des « garanties juridiques » que l’alliance ne lui appartiendra pas défaite stratégique» , a déclaré Kuleba dans un commentaire à RBC-Ukraine mardi. 

Il a également ajouté qu’un signal avait été envoyé à la Russie à Genève qu’il n’y aurait pas d’accord sur l’Ukraine sans la participation de Kiev. 

«L’Ukraine adopte une position de principe : peu importe le nombre de fois où les diplomates russes tournent en rond, la ligne de départ pour discuter des garanties de sécurité dans l’espace euro-atlantique devrait commencer par la désescalade par la Russie de la situation sécuritaire près de la frontière ukrainienne et le retrait de la Russie du Donbass et de la Crimée. Je suis heureux de voir que notre travail acharné donne le résultat : il y a une compréhension croissante parmi les partenaires que la sécurité de l’espace euro-atlantique est impossible alors que l’Ukraine est en danger» , a déclaré le ministre. 

Fin 2021, la Russie a publié des projets d’accords avec les États-Unis et d’accords avec l’OTAN sur les garanties de sécurité. Moscou, en particulier, exige de ses partenaires occidentaux des garanties juridiques de refus de toute nouvelle expansion de l’OTAN à l’Est, de rejoindre le bloc ukrainien et de créer des bases militaires dans les pays post-soviétiques. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe

Сommentaires:

comments powered by HyperComments