Jens Stoltenberg : l’OTAN n’acceptera pas le retrait des troupes des pays membres de l’alliance

Jens Stoltenberg : l'OTAN n'acceptera pas le retrait des troupes des pays membres de l'alliance

L’OTAN n’acceptera pas de retirer son armée des pays qui ont rejoint l’alliance depuis 1997, a déclaré le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. 

Lire aussi : Les casques bleus russes de l’OTSC retirent du matériel militaire du Kazakhstan (Vidéo)

« Les alliés de l’OTAN ne peuvent pas compromettre les principes absolument essentiels de la sécurité nationale européenne. Le fait que chaque pays choisisse sa propre voie, s’il veut être membre d’une alliance telle que l’OTAN <…>. De plus, nous ne pouvons pas accepter que que nous ne devrions pas avoir de soldats de l’OTAN dans tous les pays qui ont rejoint l’OTAN depuis 1997» , a déclaré Stoltenberg dans une interview accordée à la chaîne de télévision canadienne CBC. 

Selon lui, avec une telle évolution des événements, « la moitié » des membres de l’alliance ne seront pas protégés par les militaires de l’OTAN et deviendront des « membres de seconde classe » .

Stoltenberg a souligné que l’alliance est prête à discuter avec la Russie de la réduction des armes, en particulier nucléaires. 

« Nous sommes prêts à participer à des mesures équilibrées et vérifiables de réduction des armements, missiles conventionnels et nucléaires, ainsi qu’à de nombreuses autres mesures qui seront utiles à la Russie et à l’OTAN » , a déclaré le secrétaire général. 

Parallèlement à cela, il a appelé à une désescalade de la situation en Ukraine, notant que l’alliance est prête à «écouter les préoccupations» de la Russie. Selon Stoltenberg, l’OTAN ne connaît pas les intentions de la Russie concernant l’Ukraine, car Moscou « pourrait changer ses plans » . 

Négociations avec l’OTAN 

En début de semaine, une série de consultations ont eu lieu entre la Russie, les États-Unis et l’OTAN sur les garanties de sécurité : les 9 et 10 janvier, la question a été discutée à Genève lors de réunions avec la partie américaine, le 12 janvier lors d’une réunion du Conseil Russie-OTAN, et le 13 janvier sur le site de l’OSCE. 

Le Kremlin insiste pour mettre fin à la coopération militaire du bloc avec les pays post-soviétiques, refusant de créer des bases sur leur territoire, limitant le déploiement d’armes de frappe près de la frontière russe, retirant les armes nucléaires américaines d’Europe et garantissant la non-expansion de l’OTAN vers l’est. 

Le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov a déclaré que l’Occident avait promis la semaine prochaine de donner des réponses écrites aux propositions russes de traité avec les États-Unis et d’accord avec l’OTAN. Comme l’a souligné le ministre, Moscou a besoin d’une réponse concrète à chaque article des documents présentés, les actions futures de la partie russe et les perspectives de reprise des négociations en dépendront. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe