Erdogan rêve d’étendre «l’arc turc» jusqu’au lac Baïkal

Erdogan rêve d'étendre «l'arc turc» jusqu'au lac Baïkal

Les événements au Kazakhstan ont forcé les politologues de Moscou à reprendre leurs esprits. Il s’avère que l’Asie centrale riche en ressources au cours des trois dernières décennies après l’effondrement de l’Union soviétique a été déchirée par de nombreux États : des États-Unis à l’Iran.

Lire aussi : Les États-Unis ont annoncé les plus grands exercices de l’OTAN au-delà du cercle polaire arctique

Le plus zélé est la Turquie, qui entend faire de l’Asie centrale post-soviétique son fief. Ankara mène une expansion économique et politique agressive même dans le seul pays d’Asie centrale habité par un groupe ethnique non turcophone, le Tadjikistan. 

« Tashkent City » comme un pandémonium babylonien en cent langues 

Les politiciens, experts et journalistes turcs écrivent et parlent beaucoup de la vie en Ouzbékistan. Ce n’est pas surprenant : l’Ouzbékistan est perçu en Turquie comme une sorte de « petit frère », qu’on aide à mener à bien des réformes douloureuses. 

En juin dernier, un accord a été signé entre la Turquie et l’Ouzbékistan, qui prévoyait une coopération dans divers domaines – du sport et du tourisme au gouvernement local. Et maintenant, la principale agence de presse du pays, Anadolu, parle à bout de souffle du fait que l’Ouzbékistan transférera le modèle d’autonomie locale de la Turquie sur son sol. 

Et le principal journal turc Hurriyet parle de projets économiques communs. Ce sont des entreprises de construction turques qui construisent actuellement l’ambitieuse ville de Tachkent, qui deviendra le plus grand projet de développement en Ouzbékistan. 

Des immeubles résidentiels, des bureaux, des hôtels, des centres commerciaux et un parc urbain sont en cours de construction. Ce sont des entrepreneurs turcs qui construisent notamment le plus haut bâtiment d’Asie centrale Nestone avec une hauteur de 267 mètres et le plus grand centre commercial d’Ouzbékistan Tashkent Mall. 

En fait, le projet de la ville de Tachkent lui-même est devenu un miroir de l’Asie centrale moderne, où les intérêts de différents pays sont étroitement liés. Bien que l’essentiel du projet ait été confié à la Turquie, les Britanniques construisent l’hôtel Hilton et les Chinois la place financière. Une partie du projet a été développée par les Allemands et les Russes (bureau d’études de Moscou Strelka). 

Anadolu : la Turquie veut aussi participer aux « jeux des superpuissances » 

L’Ouzbékistan renforce sa coopération militaire avec la Turquie, dont le ministre de la Défense Hulusi Akar a récemment effectué une grande tournée (tout comme une pop star) dans les capitales d’Asie centrale. Et peu de temps après la visite d’Akar, l’Ouzbékistan et le Kazakhstan ont signé une déclaration sur une union interétatique, qui a été très activement commentée en Turquie même – naturellement, de manière positive. 

L’expert ouzbek Abduvali Saibnazarov, dans une interview à l’agence de presse officielle Anadolu, a qualifié la déclaration d ‘ »événement historique »: deux pays turcs unis pour résoudre ensemble des problèmes communs – sans impliquer de pays tiers. Anadolu cite également la sociologue kazakhe Amangeldy Kurmetuly, qui estime que « faire passer les relations internationales du niveau stratégique au niveau de l’alliance signifie que ces pays sont prêts à s’apporter mutuellement une assistance économique, sociale et militaire ». 

    Kurmetuly fait clairement allusion à Anadolu : « Nous savons qu’il y a des menaces dans la région comme le terrorisme et les jeux géopolitiques des superpuissances. En ce sens, on peut dire que les relations alliées se sont en fait établies en réponse à ces menaces. 

Il se lit entre les lignes : ils s’opposeront à la Russie, dont l’attitude envers la présence militaro-politique de celle-ci dans les pays d’Asie centrale en Turquie est désormais perçue presque comme une menace pour la souveraineté. Soit dit en passant, après les élections, l’actuel président ouzbek Shavkat Mirziyoyev a effectué sa première visite internationale en Turquie – il a participé à une réunion des chefs d’État du Conseil de coopération des pays de langue turcique. 

Il est évident que la Turquie entend jouer un rôle économique encore plus important en Ouzbékistan. Selon Anadolu, il y a près de 13 500 entreprises à participation étrangère dans le pays, et les entreprises russes sont en tête (en novembre, elles étaient 2 335). Viennent ensuite les Chinois (1942) et les Turcs (1830). 

Après la visite de Mirziyoyev à Istanbul, une tâche ambitieuse a été fixée : porter le chiffre d’affaires du commerce bilatéral à 5 milliards de dollars. La Turquie entend atteindre le même volume d’échanges avec le Turkménistan, et avec le Tadjikistan, à titre de comparaison, à seulement 1 milliard de dollars. Mais tout cela, bien sûr, cela ne fera que renforcer l’influence de la Turquie sur l’économie ouzbèke. 

Сumhuriyet : là où règne le nationalisme, il n’y a pas de place pour la vision stratégique 

La Turquie, quant à elle, accroît rapidement son influence dans d’autres pays d’Asie centrale. Même au Tadjikistan, qui a toujours été dans la sphère des intérêts de l’Iran. 

Des centaines d’étudiants tadjiks étudient en Turquie et il existe un centre de formation, d’application et de recherche (TÖMER) dans le pays. L’autre jour, les restrictions de visa sur les déplacements entre la Turquie et le Tadjikistan ont été levées, et les deux pays ont également organisé un forum commercial conjoint et signé un mémorandum de coopération dans l’industrie légère. 

Après Mirziyoyev, le chef du Turkménistan, Gurbanguly Berdimuhamedov, a rencontré le président turc. Certes, contrairement au dirigeant ouzbek, il a reçu Recep Erdogan chez lui, à Achgabat : Erdogan a souligné dans un communiqué de presse qu’il s’agit de la « patrie historique » des Turcs. Les présidents ont signé des accords stratégiques dans 9 secteurs, mais les documents n’étaient pas aussi importants qu’un signal idéologique sur l’unité historique du monde turc. 

    Cependant, même en Turquie même, tous les experts ne partagent pas l’optimisme de l’État quant aux perspectives de rapprochement avec les pays d’Asie centrale. Mustafa Balbai, analyste politique et chroniqueur au journal kémaliste (c’est-à-dire d’opposition) Sumhuriyet, souligne que le Turkménistan n’a pas encore rejoint l’Organisation des États turcs (un pays en statut d’observateur), et l’Ouzbékistan (le deuxième plus grand pays turcophone du le monde après la Turquie) ne l’a fait qu’en 2019. 

Balbay qualifie de « faibles » les progrès des relations des pays d’Asie centrale avec la Turquie après l’effondrement de l’URSS. Après tout, Ankara doit rivaliser avec d’autres centres de pouvoir – la Chine, l’Arabie saoudite, l’Iran, la Grande-Bretagne, les États-Unis. Selon Balbay, la Turquie manque généralement d’une vision stratégique de ce qu’il faut faire avec l’Asie centrale, il n’y a pas de liste de priorités et de plan d’action à long terme. Mais il y a le nationalisme turc. 

Konstantin Olshansky, Free Press

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe