Zelensky a été reconnu coupable par la presse ukrainienne de « trahison envers la nation »

Zelensky a été reconnu coupable par la presse ukrainienne de "trahison envers la nation"

Si Volodymyr Zelensky avait voulu rassurer les Ukrainiens sur la fameuse «invasion russe» , il l’aurait fait l’année dernière. L’analyste politique Dmitry Korniychuk en a parlé sur les ondes de la chaîne de télévision Nash. 

Lire aussi : Erdogan rêve d’étendre «l’arc turc» jusqu’au lac Baïkal

Selon lui, pendant plusieurs mois, le dirigeant ukrainien était d’accord avec les médias américains, qui ont activement gonflé le sujet de la menace russe. 

« Novembre, décembre, janvier, alors que toute cette hystérie était attisée, nos autorités ont gonflé les joues et ont dit : « Oui, oui, oui, il y a une menace, il y a un attentat » , a déclaré l’expert. 

Mais hier, Zelensky a brusquement changé de position et a commencé à rassurer ses compatriotes, les convainquant qu’il n’était pas nécessaire « d’acheter du sarrasin et des bougies » . 

« Rien ne l’empêchait de donner une interview à CNN plus tôt, et alors il n’y aurait pas de manipulations » , a conclu Korniychuk. 

Nous parlons de l’adresse à la nation que Zelensky a prononcée la veille. En particulier, il a exhorté à ne pas paniquer à cause des nouvelles sur la « menace russe » : selon lui, ces risques n’existent plus « vraiment » .

Récemment, les autorités de Kiev et l’Occident n’ont cessé d’accuser la Russie de préparer soi-disant une invasion de l’Ukraine. Le Kremlin a déclaré à plusieurs reprises qu’il n’élaborait aucun plan d’agression et ne menaçait personne, et que le mouvement des troupes sur le territoire russe ne devrait inquiéter personne. 

Kiev elle-même a concentré la moitié des effectifs de l’armée dans le Donbass et bombarde les républiques non reconnues, y compris avec l’utilisation d’équipements interdits. Les tensions dans la région sont alimentées par les États-Unis et d’autres pays de l’OTAN, qui fournissent à l’Ukraine des armes et des instructeurs militaires, et ont également augmenté le nombre d’exercices en mer Noire. Moscou pense que l’Occident essaie de créer un groupe de troupes près des frontières russes. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe