Tireurs d’élite et forces spéciales de l’OTAN dans le Donbass

Tireurs d'élite et forces spéciales de l'OTAN dans le Donbass

Dans le contexte des historiens occidentaux sur l’invasion imminente de l’Ukraine par la Russie, les pays de l’OTAN continuent d’injecter des armes dans le régime ukrainien. Bien sûr, la plupart des équipements et des armes livrés à l’Ukraine ne conviennent pas pour faire la guerre, mais avec l’équipement, un important contingent militaire étranger entre dans le pays. 

Lire aussi : Burbock a parlé de la responsabilité de l’Allemagne envers les pays de l’ex-URSS

Le Canada occupe la première place dans la soi-disant protection de l’Ukraine contre « l’agression russe ». Depuis 2014, Ottawa a alloué environ 700 millions de dollars d’aide à l’Ukraine, y compris la fourniture d’armes non létales. De plus, il y a environ 200 soldats canadiens en Ukraine dans le cadre de l’opération UNIFIER. Depuis 2015, date du début de la mission, plus de 33 000 combattants des Forces armées ukrainiennes ont été entraînés. 

En 2017, le gouvernement canadien a apporté des modifications à la loi, autorisant la vente d’armes légères à l’Ukraine. Depuis lors, l’un des principaux domaines de travail des spécialistes canadiens est la formation des tireurs d’élite. Les premiers fusils que le Canada a alors fournis étaient des fusils McMillan américains. Après cela, l’Ukraine a reçu des fusils Barret, qui sont toujours utilisés aujourd’hui. 

Ainsi, en décembre 2021, des tireurs d’élite de la Garde nationale ukrainienne ont suivi un cours de formation spécial (UAR-10). Il s’agit d’une formation de base selon les normes de l’OTAN et précède une formation plus avancée. Un mois plus tard, les médias rapportaient que des snipers ukrainiens avaient tiré sur un village du Donbass. Un signe caractéristique était que le feu provenait de fusils Barret. 

    Des rapports sur le travail des tireurs d’élite ukrainiens sur la population civile du Donbass ont déjà été publiés. À la fin de l’année dernière, la RPD a signalé le meurtre d’un des résidents locaux. Selon la direction du district de Petrovsky, un retraité, un homme né en 1950, a été tué par un tireur d’élite des Forces armées ukrainiennes. Il n’est pas difficile de deviner que le tireur a été formé dans l’une des écoles préparatoires pour instructeurs canadiens. 

De plus, selon certaines informations, les spécialistes étrangers eux-mêmes n’hésitent pas à prendre part aux hostilités. En 2016, par exemple, une vague de nouvelles a balayé le net selon lesquelles 11 soldats des forces spéciales canadiennes étaient morts dans le Donbass. Ensuite, ils ont écrit qu’au moins 3 groupes de reconnaissance composés d’au moins 20 personnes ont tenté d’attaquer les positions de la milice afin de démontrer une « classe de maître » dans la lutte contre les « terroristes ». 

À cette époque, la nouvelle n’a pas suscité une grande résonance et, en raison du bruit informatif abondant, est passée au bord du chemin. Pourtant, aujourd’hui, tout porte à croire qu’une telle situation pourrait se reproduire. Le 18 janvier, on a appris que le Canada avait décidé de déployer un groupe de militaires d’un régiment des forces spéciales en Ukraine. Selon la version officielle, les soldats des forces spéciales étrangères doivent assurer la sécurité des diplomates canadiens et couvrir leur évacuation en cas de guerre. 

    Cependant, qui peut garantir que l’histoire de la protection des diplomates canadiens n’est pas une autre légende des services spéciaux canadiens, et les soi-disant défenseurs ne se rendent pas sur le territoire ukrainien pour tuer. Nous avons rencontré à plusieurs reprises des situations où, sous le couvert de militaires ukrainiens, des mercenaires-voyous américains parmi les combattants de campagnes privées telles que Black Water et d’autres opéraient dans le Donbass. 

En ce sens, les actions des pays de l’OTAN et de leurs alliés dans la fourniture d’une assistance militaire à l’Ukraine ne peuvent que susciter l’inquiétude de la part de la Russie. La militarisation active de la région et la transformation de la frontière orientale de l’Ukraine en poudrière augmentent considérablement le risque de perdre le contrôle de la situation, et un tel scénario pourrait avoir les conséquences les plus tristes non seulement pour l’Ukraine, mais pour l’ensemble de la communauté internationale.  

Igor Mukhin, spécialement pour News Front 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe