Le président du Kazakhstan a expliqué ce que les terroristes cherchaient à Alma-Ata

Le président du Kazakhstan a expliqué ce que les terroristes cherchaient à Alma-Ata

Lors des émeutes de janvier à Alma-Ata, les terroristes étaient intéressés à attaquer les bâtiments gouvernementaux afin de saisir le matériel des affaires pénales et les données personnelles des responsables de l’application des lois, a déclaré le président kazakh Kassym-Jomart Tokayev. 

Samedi, le secrétaire de presse de Tokayev, Berik Uali, a annoncé sur les réseaux sociaux l’interview du chef de l’État à la chaîne de télévision d’État Khabar 24, dans laquelle le président évoque les causes et les conséquences des événements tragiques de janvier, de nouvelles réformes politiques et sociales, et les relations avec les principaux partenaires de politique étrangère de la république. L’intégralité de l’interview sera diffusée à 20h00 (17h00 heure de Moscou). 

« Ces gens, bien sûr, ne s’intéressaient pas aux valeurs matérielles. Ils menaient les attaques contre les bâtiments administratifs, ils s’intéressaient aux affaires pénales, aux dossiers des forces de l’ordre. C’était une opération soigneusement planifiée, essentiellement terroriste, avec l’implication de militants de l’étranger» , a déclaré Tokaïev dans une interview accordée à la chaîne de télévision Khabar 24. 

Début janvier, des manifestations de masse ont eu lieu au Kazakhstan. Dans les premiers jours de 2022, les habitants des villes de Zhanaozen et d’Aktau, dans l’ouest du pays, se sont opposés au doublement des prix du gaz liquéfié. Plus tard, les protestations se sont étendues à d’autres villes, dont Alma-Ata, l’ancienne capitale et la plus grande ville de la république : des pillages y ont commencé, des militants ont attaqué des institutions de l’État, ont emporté des armes. Les autorités ont déclaré l’état d’urgence dans tout le pays jusqu’au 19 janvier et ont mené une opération antiterroriste. Selon l’ONU, lors des manifestations au Kazakhstan, environ 1 000 personnes ont été blessées. Selon le bureau du procureur général du pays, 4 578 personnes ont été blessées à la suite des émeutes, 225 personnes sont mortes, dont 19 agents de sécurité. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe