Le ministère russe des Affaires étrangères demande à ne pas diaboliser l’Iran

Le ministère russe des Affaires étrangères demande à ne pas diaboliser l'Iran

La diabolisation de l’Iran est une impasse, Téhéran n’a pas d’armes nucléaires, leurs porteurs, et il n’y a pas d’évolution dans ce sens, afin de dissiper les inquiétudes, les pays de la région doivent mener un dialogue basé sur le principe d’indivisibilité de la sécurité, a déclaré le directeur du département de la non-prolifération et du contrôle au sujet des armements du ministère russe des Affaires étrangères Vladimir Ermakov. 

« En fait, l’Iran n’a rien que ses voisins de la région n’auraient pas. La « diabolisation » de l’Iran est une impasse. Une discussion large et globale sur les questions de sécurité régionale est nécessaire, dans laquelle les pays du Golfe pourraient créer des mécanismes de une confiance et une transparence qui éliminent leurs inquiétudes et leurs soupçons les uns envers les autres. Une telle conversation ne peut être menée sans l’Iran et contre lui » , a déclaré Yermakov. 

Le diplomate a souligné que la condition préalable fondamentale pour un mouvement réussi dans cette direction, comme dans la zone euro-atlantique, est le strict respect du principe de sécurité commune et indivisible, ce qui implique que les problèmes de sécurité de certains pays ne peuvent être résolus au détriment ou au détriment d’autres États. 

Il a rappelé que la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU appelle Téhéran à ne pas mener d’activités liées au développement et à la création de missiles balistiques conçus de telle manière qu’ils soient capables de transporter des armes nucléaires. Le diplomate a ajouté que « la partie iranienne suit strictement cet appel » et « ne dispose ni d’armes nucléaires ni de leurs porteurs et ne procède à aucun développement dans ce sens » . 

« Les discussions sur la menace de missiles de Téhéran sont généralement basées sur le postulat de la nécessité de contenir l’Iran partout et de créer un maximum d’obstacles à la coopération internationale avec lui dans tous les domaines, y compris l’espace. De plus, comme chacun s’en souvient, la menace de missiles iraniens a été assidûment gonflé à l’Ouest pour justifier le déploiement de la défense antimissile américaine en Europe. Tout cela a été « cousu de fil blanc » , a conclu Yermakov.

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe