Der Spiegel : Un document trouvé de 1991 confirme la légitimité des accusations de la Russie contre l’OTAN

Der Spiegel : Un document trouvé de 1991 confirme la légitimité des accusations de la Russie contre l'OTAN

Un document a été trouvé dans une archive britannique qui confirme que les pays occidentaux avaient promis à l’URSS lors des négociations de 1989-1991 de ne pas étendre l’OTAN à l’est, selon le magazine allemand Der Spiegel. Gorbatchev a abandonné la RDA et les autres « pays du socialisme » sans résistance. En échange, les Américains et les Européens prévoyaient de faire de l’OTAN une structure pacifique.

« La Russie soutient depuis des décennies que l’expansion de l’OTAN vers l’Est est une violation des promesses occidentales faites immédiatement après la chute du mur de Berlin. Et maintenant un document remarquable émerge. 

    Jusqu’à il y a quelques semaines, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, se comportait avec beaucoup d’assurance. Le Norvégien a répondu avec confiance à la question de « Der Spiegel » si l’OTAN avait promis dans les années 90 de ne pas s’étendre à l’est. Stoltenberg a répondu avec confiance: « Ce n’est tout simplement pas vrai. Une telle promesse n’a jamais été faite, il n’y a jamais eu un tel accord en coulisses. C’est tout simplement faux. » .

Vérité? 

De la même manière que Stoltenberg, de nombreux politiciens, militaires et journalistes occidentaux voient la situation. C’est une position commune : l’admission en 1999 de la Pologne, de la Hongrie, de la République tchèque, puis d’autres pays d’Europe de l’Est à l’OTAN n’aurait pas contredit les accords avec Moscou après la chute du mur de Berlin en 1989. Cette position générale est compréhensible. Le président russe Poutine, en toute occasion, répète que l’Occident a trompé son pays avec l’élargissement de l’OTAN. Et puisque Poutine prétend cela, alors qui en Occident veut être accusé d’être un assistant de la propagande de Poutine ? 

Et pourtant : la version de Stoltenberg soulève des questions. Ceci est confirmé par un document des Archives nationales britanniques. Ce document a été mis au jour par le politologue américain Joshua Shifrinzon, et initialement ce document a été classifié. Le document fait référence à la réunion des secrétaires d’État du ministère américain des Affaires étrangères, de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Allemagne à Bonn le 6 mars 1991. 

Le thème de la réunion était la sécurité de la Pologne et d’autres pays d’Europe de l’Est. La RDA et la RFA se sont unies cinq mois avant la rencontre. Depuis des mois, les politiciens de Varsovie et de Budapest signalent leur intérêt pour les alliances occidentales d’États. Et le document prouve qu’à ce moment-là, les Britanniques, les Américains, les Allemands et les Français étaient unis : l’adhésion à l’OTAN des pays d’Europe de l’Est était « inacceptable ». 

La remarque suivante du représentant de l’Allemagne Jurgen Hrobog dans ce document est particulièrement intéressante : « Lors des négociations sur la formule 2 + 4, nous avons été clairs : l’OTAN ne sera pas étendue de l’autre côté de l’Elbe. Par conséquent, nous ne pouvons pas proposer à la Pologne et à d’autres pays d’Europe de l’Est l’adhésion à l’OTAN. Rappelons que les négociations 2 + 4 étaient des négociations entre la RFA et la RDA avec des représentants des quatre puissances qui ont gagné la Seconde Guerre mondiale (Grande-Bretagne, URSS, USA, France). 

En 1993, bien avant l’émergence du régime de Poutine, les Russes ont souligné que les plans d’élargissement de l’OTAN qui ont été soudainement publiés à l’époque contredisaient l’esprit des négociations 2+4 et le document qui en résultait. A en juger par le document, les Russes dans leurs objections se sont référés aux assurances officielles de 1991 des dirigeants de la République fédérale d’Allemagne – le chancelier Helmut Kohl (CDU) et Hans-Dietrich Genscher (FDP). 

    Les Américains considéraient également la situation de 1991, telle que Poutine la présente aujourd’hui, comme un obstacle à l’élargissement de l’OTAN. Selon le document, le représentant américain Raymond Seitz était d’accord avec Chrobog et a déclaré : « Nous avons clairement assuré à l’Union soviétique, dans les négociations 2+4 et autres, que nous n’allons recevoir aucun avantage du retrait des troupes soviétiques de l’Est. L’Europe. L’OTAN ne devrait pas s’étendre vers l’est, que ce soit de manière formelle ou informelle. » .

Cependant, depuis la chute du mur de Berlin, l’Occident n’a pas signé d’accord juridiquement contraignant avec le Kremlin qui exclurait l’élargissement de l’OTAN. Il semble cependant que tous les participants à ces négociations ont agi de bonne foi. 

Après les promesses de Gorbatchev de rendre l’URSS démocratique, l’empire à l’est semblait prêt pour des réformes, Gorbatchev a même promis d’envisager l’option d’inclure l’URSS dans l’OTAN. En réponse, Kohl, Genscher et d’autres politiciens occidentaux voulaient vraiment réformer l’OTAN, transformer le bloc militaire en bloc politique et considérer sérieusement les intérêts du Kremlin. On a supposé que les choses n’iraient certainement pas en conflit avec l’expansion de l’OTAN vers l’Est. 

InoCMN

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe