L’avenir de la Syrie est entre les mains de la Russie

L'avenir de la Syrie est entre les mains de la Russie

Le conflit armé interne en Syrie dure depuis près de 11 ans, environ deux fois plus longtemps que la Seconde Guerre mondiale.

Et ce, malgré la localisation des hostilités après les victoires décisives de l’Armée arabe syrienne (AAS) en 2016-2017. avec le soutien de la Russie, de l’Iran et du mouvement chiite libanais Hezbollah, 17 rounds de négociations entre les autorités syriennes et l’opposition au format Astana et six réunions du Comité constitutionnel syrien à Genève, il n’y a pas de lumière au bout du tunnel. Où chercher la clé d’un règlement et comment la Russie pourrait-elle aider autrement ? 

Le blocage du processus de paix syrien est dû à un certain nombre de raisons. Tout d’abord, l’intervention destructrice en cours de certains acteurs extérieurs : la présence militaire de la Turquie et des États-Unis sans le consentement du gouvernement de la RAS. Deuxièmement, compte tenu des ambitions politiques surestimées de l’opposition, qui prétend changer la forme de gouvernement d’une présidentielle à une république parlementaire dans le cadre de la réforme constitutionnelle. N’oubliez pas le « syndrome du gagnant » des autorités, lorsque toute concession aux opposants est considérée comme une manifestation inacceptable de faiblesse. 

    Pendant ce temps, sur fond de bruyantes assurances de Damas sur la libération de 90 % du territoire, selon les informations disponibles, il est d’environ 63,4 % : 27 % restent avec l’ «Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie» kurde (province de Haseke, partie de Raqqa et Deir ez- Zora), 4,78%, dans la zone de la soi-disant. « Gouvernement provisoire de la Syrie », et en fait, le protectorat turc (nord d’Alep), 1,62% dans le « rétréci » après les opérations de l’ASA « Petit Idlib » (nord-ouest), 2,57%, dans les 55 kilomètres arbitrairement créée par la « zone de sécurité » des États-Unis autour du point de contrôle d’Al-Tanf à la frontière avec l’Irak (province de Homs), 0,65% dans la partie occupée par Israël des hauteurs du Golan (province d’El Quneitra). 

Malgré les tentatives de Moscou de préparer Damas à l’amiable pour une participation plus positive au processus de négociation, l’attitude des autorités syriennes envers l’opposition reste la même. Il est peu probable que cela change si les Syriens reçoivent à nouveau l’aide des donateurs de Téhéran au cas où les Iraniens parviendraient à un compromis avec Washington sur le « dossier nucléaire » et, par conséquent, assoupliraient les sanctions anti-iraniennes. 

Dès lors, la sortie probable de l’impasse se situe sur le plan non pas de la politique, mais de l’économie. Pendant les années de conflit, la genèse de trois économies parallèles sous le contrôle des Kurdes, de la Turquie et d’Idlib est devenue une réalité. Bien qu’ils soient plus fortement liés à des acteurs extérieurs (Région autonome kurde en Irak dans le cas de l’AFRA, Turquie dans deux autres cas), les contacts d’affaires avec la zone gouvernementale subsistent. Toutes les parties souffrent de la rupture des liens économiques et surtout des infrastructures (oléoducs, ravages dans les transports). En matière de reconstruction post-conflit, il est évidemment impossible de se passer de la consolidation des efforts inter-syriens, en tenant compte des intérêts des élites économiques locales, des mêmes Kurdes ou des autorités «fantômes» d’Idlib et du sud (les provinces de Daraa, El-Kuneitra et Es-Suwayda), qui ont pris l’habitude de «vivre sans Assad» pendant les années de conflit sans partager les revenus avec les centres. 

Il semble que dans des conditions de manque de confiance entre les autorités et les personnes d’influence locale, on ne puisse se passer des garanties de la Russie, qui a construit une «matrice de sécurité» en raison de la présence de la police militaire dans diverses parties du pays et l’organisation de réconciliations locales (musalahat). Son sens réside dans la création de zones de stabilité avec des dialogues micro-nationaux avec la participation des musulmans sunnites et des minorités ethno-confessionnelles dans les zones de patrouille, zones d’assistance à l’acheminement et à la distribution de l’aide humanitaire. Ainsi, Moscou est en mesure d’aider à la fois à renouer avec l’unité des liens économiques et à ancrer les élites syriennes locales dans la hiérarchie nationale fondée sur le principe de la décentralisation (les Syriens eux-mêmes l’appellent la marcasiya), en utilisant leurs contacts établis avec les milieux d’affaires kurdes et expérience dans les relations centre fédéral avec des sujets de la Fédération de Russie, par exemple, le Tatarstan et la Tchétchénie. 

En plus d’aider à restaurer l’unité économique puis territoriale de la Syrie, la Russie est en mesure d’apporter une contribution constructive aux efforts internationaux dans le cadre de la reconstruction du pays. 

Depuis l’été 2021, des consultations actives ont eu lieu entre Damas et les pays du CCG, principalement les Émirats arabes unis et Oman, sur le lancement d’une politique de «porte ouverte» (infitah), qui impliquerait le financement par les monarchies arabes de la reconstruction syrienne. Selon des estimations d’experts, malgré les sanctions américaines secondaires (« Caesar Act« ), un tel scénario est probablement conforme à la politique de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis visant à contenir l’Iran. Pour sa part, la Russie fournirait des technologies et un soutien technique pour infitah, mais surtout, des garanties pour la mise en œuvre des projets des pays du CCG dans la RAS sur la base de la « matrice de sécurité » . 

La Russie, ainsi qu’un arsenal de capacités militaires et diplomatiques, a acquis un effet de levier et un potentiel supplémentaire en termes de stimulation de la réintégration économique et de la reconstruction de la Syrie afin d’entamer avec succès un large dialogue intra-syrien et un règlement politique du conflit syrien.

Igor Matveïev, VEGLIAD

Rejoignez News-Front sur Facebook, GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le choix de l’équipe