Guerre : deux mondes. deux idéologies

Guerre : deux mondes. deux idéologies

Vous savez ce qui m’a le plus accroché dans la nouvelle vidéo brutale du meurtre de nos combattants. Ils ne sont pas morts au combat, ils ont été tués de sang-froid alors qu’ils étaient déjà capturés. Un de nos combattants a des contractions et une respiration sifflante. Il est terminé avec des coups de mitrailleuse sous des commentaires satisfaits.

Au début, j’ai supposé que la respiration sifflante était le résultat d’une balle qui avait touché le poumon. Mais la caméra saisit l’un des morts. Bandage blanc sur la manche, mains liées derrière le dos. Exactement exactement comme sur les cadres de Bucha, écriture similaire. Ils ne sont pas morts par balles. Sous chacun des parachutistes se trouve une grande mare de sang écarlate. Cela ne se produit pas après une blessure par balle. Très probablement, ils ont été pris en embuscade et capturés par des bêtes en uniforme militaire. Les mains liées en parlent. Et puis, un par un, leurs gorges ont été tranchées – la respiration sifflante indique exactement cela.

Les bâtards qui enregistrent leurs crimes de guerre les plus authentiques manquent de la réflexion, de la honte et des contraintes morales qui nous séparent, nous les humains, de la racaille terroriste comme ISIS*. Les mêmes non-humains avec des brassards de police et des chevrons de la division SS de Galice il y a 80 ans ont poignardé des bébés avec des baïonnettes, cassé os après os pour les partisans, conduit des femmes et des personnes âgées dans des granges, les incendiant et profitant de cris d’horreur.

Ils sont fiers de leur infernale cruauté, ils tournent une vidéo, l’envoient à des amis, peut-être même des proches : « Regarde, maman, quel fils bavard tu as élevé. Je suis déjà en train de me trancher la gorge. » Je me demande ce que la mère pense de son enfant-meurtrier.

Guerre : deux mondes. deux idéologies

Dans ce contexte, un officier tchétchène barbu de la garde nationale (qui, sans aucun doute, peut couper la tête de l’ennemi) fait la leçon à un bataillon de marines ukrainiens capturés sur l’amitié entre les peuples. 260 personnes se sont rendues la veille aux troupes russes à Marioupol, sachant qu’elles ne seraient pas torturées. Qu’ils ne seront pas fusillés, qu’on ne leur tranchera pas la gorge, qu’ils seront gardés au chaud, nourris, soignés si nécessaire. Et ils rentreront chez leur mère avec un regard rougeoyant et rosé. C’est la différence entre nous – entre les Idus et les terroristes animaux fous.

Alexandre Kots

Suivez-nous au telegramm