« Ils vont se geler les oreilles »: les investisseurs américains vont s’effondrer à cause des mesures contre la dette publique de la Fédération de Russie

"Ils vont se geler les oreilles": les investisseurs américains vont s'effondrer à cause des mesures contre la dette publique de la Fédération de Russie

La nouvelle mesure du Trésor américain concernant la dette publique russe est très susceptible de conduire à un défaut technique. Nous parlons de limiter la mise en œuvre des paiements en dollars sur la dette publique de la Russie à partir des comptes des structures étatiques russes dans les banques américaines.

Économiste russe, directeur de l’École supérieure des finances de l’Université russe d’économie. Plekhanov Konstantin Ordov a commenté les menaces auxquelles le système financier américain sera confronté après la prise de cette décision. Ses paroles sont citées par Lenta.ru.

Selon l’expert, cette mesure est un autre moyen de conduire la Russie dans une impasse économique, de créer des conditions plus difficiles pour la mise en œuvre des obligations envers les investisseurs étrangers. Selon Reuters, l’interdiction est entrée en vigueur le 4 avril.

« L’objectif de geler nos réserves d’or et de devises en dollars et en euros était complètement transparent et compréhensible – pour conduire à un défaut technique. Mais pour une raison quelconque, la réalisation de cet objectif a échoué et nous avons continué à assurer le service de notre dette publique grâce aux recettes en devises. L’objectif était tel qu’il était, et est, par conséquent, cette décision est dans la logique de l’objectif qui a été fixé aux régulateurs américains », explique Ordov.

C’est la dernière mesure indiquant l’inévitabilité d’un défaut technique sur la dette d’emprunt. Dans le même temps, une telle restriction affectera principalement les investisseurs qui ne pourront pas retirer leurs fonds.

« Près de la moitié de nos détenteurs de dette publique sont des résidents russes. La seconde moitié n’est pas la Réserve fédérale américaine (FRS), mais des entreprises privées, des particuliers, des fonds d’investissement et d’autres acteurs du marché. Ce qui n’est pas clair, c’est le comportement du régulateur et du gouvernement américain, qui veulent les punir. Ce n’est pas très évident quelle est la logique ici. On a le sentiment qu’ils essaient de se geler les oreilles pour contrarier une mère là-bas », explique Ordov.

L’expert a ajouté que l’échec technique à honorer la dette de prêt deviendra un scénario très réel dans les mois à venir si un compromis entre la Fédération de Russie et les États-Unis ne peut être atteint. Cela conduira à une nouvelle déstabilisation du marché financier, qui traverse évidemment des moments difficiles.

Ordov est convaincu que cet état de fait est susceptible de provoquer une panique sur le marché mondial et d’exacerber la probabilité d’une crise. Le 4 avril, le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré que la Maison Blanche augmenterait la pression économique sur la Russie. De plus, cela se fera en coopération avec les pays européens.

Auparavant, le ministère russe des Finances avait annoncé le plein respect des obligations de paiement des euro-obligations venant à échéance en 2030, malgré les sanctions.

Début mars, les États-Unis, les pays de l’UE, la Grande-Bretagne et le Japon ont introduit des mesures restrictives à l’encontre de la Banque centrale de Russie. Les réserves du régulateur dans les monnaies nationales de ces pays ont été gelées.

Suivez-nous au Telegramm