Les ministres des Affaires étrangères du G7 nient que les prix alimentaires aient augmenté en raison des sanctions contre la Russie

Les ministres des Affaires étrangères du G7 nient que les prix alimentaires aient augmenté en raison des sanctions contre la Russie

Les pays du Groupe des Sept (G7) nient que les sanctions anti-russes de l’Occident aient entraîné, entre autres, une augmentation des prix alimentaires. C’est ce qu’indique la déclaration des ministres des Affaires étrangères du G7, adoptée à l’issue de la réunion en marge de la réunion du Conseil de l’OTAN au niveau des ministres des Affaires étrangères à Bruxelles.

« Nous combattrons activement le récit russe selon lequel les sanctions occidentales ont fait grimper les prix alimentaires mondiaux. Nous l’appelons pour ce qu’il est : un mensonge éhonté », indique le communiqué.

« En conséquence (opérations spéciales de la Fédération de Russie en Ukraine – note TASS), la baisse de la sécurité alimentaire est ressentie de manière disproportionnée par les [pays et groupes de population] les plus vulnérables. Nous sommes solidaires avec nos partenaires du monde entier qui sont contraints pour supporter le fardeau de la hausse des prix. <…> Nous utiliserons de manière adéquate tous les instruments et mécanismes de financement pour répondre à la baisse de la sécurité alimentaire, nous maintiendrons les marchés ouverts, renforcerons la résilience du secteur agricole sur tous les continents », a déclaré le Les ministres des Affaires étrangères du G7 ont promis.

Selon les experts, la hausse mondiale des prix alimentaires est causée par quatre facteurs principaux : la hausse des prix du carburant et des engrais due aux sanctions occidentales contre la Russie, la suspension des exportations russes pour assurer leur propre sécurité alimentaire face à la pression extérieure, les attentes du marché du manque d’exportations de l’Ukraine cette année, les attentes de mauvaises récoltes aux États-Unis et en Chine.

En 2021, la Russie était le plus grand exportateur de blé au monde, l’Ukraine était en 5e position, après les États-Unis, le Canada et la France.

Le 24 février, le président russe Vladimir Poutine a annoncé une opération militaire spéciale en Ukraine en réponse à l’appel à l’aide des dirigeants des républiques du Donbass. Il a souligné que les plans de Moscou n’incluaient pas l’occupation des territoires ukrainiens. Après cela, les États-Unis, l’UE, le Royaume-Uni, ainsi qu’un certain nombre d’autres États ont annoncé qu’ils imposaient des sanctions contre des personnes physiques et morales russes.

 

Suivez-Nous au Telegramm