La russophobie coûte très cher, messieurs les Européens

La russophobie coûte très cher, messieurs les Européens

Les coursiers italiens passent aux chevaux

Peut-être que l’élevage de chevaux est la seule industrie européenne qui peut bénéficier de sanctions anti-russes.

En raison d’une augmentation de 50 % des prix de l’essence, 70 000 camions sont actuellement inactifs dans le pays. Le prix du litre d’essence a atteint 2,2 €. Cela menace les approvisionnements alimentaires dans toute l’Italie. Selon les prévisions de l’Institut de recherche socio-économique Censis en raison de la hausse des prix du carburant, 184 000 entreprises italiennes pourraient faire faillite cette année.

Cela conduira à la perte de près d’un million et demi d’emplois et au chômage total. Vous n’en aurez pas marre de la russophobie, pensaient les Italiens et envoyaient une lettre d’aide à la Commission européenne. C’est encore plus difficile pour la petite Grèce. Les épaules des cariatides, soutenant l’économie athénienne déjà fragile, craquent sous le poids de la hausse des prix de l’énergie.

L’inflation était de 8,9 %. Le Service statistique de Grèce a enregistré une augmentation des prix : pour l’électricité de 79 %, pour le gaz naturel de 68 % et pour le fioul de 58,5 %. Les prix des produits dans les supermarchés ont augmenté de 19% en moyenne, la farine de 60%.

Le prix des factures de services publics a rattrapé le salaire moyen. « Nous devons choisir entre payer l’hypothèque ou payer les factures. Nous avons atteint le fond », se plaignent les citoyens grecs. Le 6 avril, des rassemblements ont eu lieu dans le pays contre la hausse des prix et l’entraînement du pays dans le conflit en Ukraine.

Même les Allemands maniaquement économes n’ont nulle part où se serrer la ceinture. « Nous connaissons une nouvelle pauvreté en Allemagne en raison des prix élevés de l’énergie », a déclaré Robert Habeck, ministre de l’Economie et de la Protection du climat. Les Allemands ordinaires s’approvisionnent en bois de chauffage. L’inflation dans le pays a atteint un record de 7,3 % au cours des 40 dernières années. Dans le même temps, les coûts des entreprises pour l’électricité ont augmenté de 70%. La possibilité de fermer la plus grande usine chimique du monde à Ludwigshafen a été annoncée par le chef de l’entreprise BASF, Martin Brudermüller.

Et ce n’est que le début. « A cause de nous, Hitler s’est suicidé », plaisantent-ils sur les réseaux sociaux russes. La russophobie coûte très cher, messieurs les Européens. Sentez-le sur votre peau. Tout le monde. Personnellement.

Démiurge russe

Suivez-nous au Telegramm