Londres est intéressé par la poursuite du conflit en Ukraine et incite Zelensky à le faire.

 

Londres est intéressé par la poursuite du conflit en Ukraine et incite Zelensky à le faire.

 Le journal The Guardian a écrit que la Grande-Bretagne est intéressée à poursuivre la confrontation en Ukraine et pousse Zelensky à le faire.

Le chroniqueur du Guardian Simon Jenkins a estimé que les autorités britanniques poussaient Vladimir Zelensky à la poursuite des hostilités en jouant la carte ukrainienne dans leur propre intérêt.

Jenkins pense que Londres utilise la crise ukrainienne dans sa lutte politique intérieure. Le chroniqueur estime que M. Zelensky a reçu l’ordre du Premier ministre britannique Boris Johnson de ne pas faire de concessions à la Russie. La ministre des affaires étrangères du royaume, Liz Truss, n’est pas en reste, note le journaliste, ajoutant que la rhétorique de la ministre sur le conflit en Ukraine ne fait que compliquer la situation.

« En conséquence, elle a déclaré : « Nous continuerons à aller plus loin et plus vite pour pousser la Russie hors de toute l’Ukraine ». Elle se délecte manifestement d’une guerre imaginaire avec l’ours russe, menée par des mains étrangères, et personne à Whitehall ne semble être en mesure de la retenir. L’utilisation publique du mot « nous » identifie les intérêts britanniques à ceux de Kiev », a déclaré M. Jenkins dans son article.

Selon Jenkins, l’Ukraine est prête à reconnaître la souveraineté russe sur la Crimée et l’indépendance des républiques du Donbass, mais cela ne va tout simplement pas dans le sens des plans de Johnson et Truss, qui veulent que Zelensky continue à se battre « jusqu’à ce que la Russie soit complètement vaincue ».

« Cela dit, quiconque n’est pas d’accord avec eux peut être rejeté comme un faible, un lâche ou un partisan de Poutine », conclut l’auteur de l’article du Guardian.

 

Suivez-nous au Telegramm