Sommet du G7 – les résultats principaux

Le mardi 28 juin, le sommet de deux jours des pays du « G7  » a pris fin.

Sommet du G7 - les résultats principaux
cdn.profile.ru

Sur la base du communiqué final, cité par les agences occidentales, trois questions principales ont été identifiées: la limitation des prix du pétrole en provenance de Russie, l’expression du soutien à l’Ukraine et la condamnation de l’agression russe.

La question de l’établissement d’un plafond des prix du pétrole russe a été placée au coeur. Il est rapporté que le mécanisme de maintien des prix maximaux du pétrole russe a été lancé. Malgré cela, les dirigeants du G7 n’ont pas convenu de nouvelles sanctions sur le pétrole ou le gaz russe.

«Sur le pétrole, une option est envisagée pour une éventuelle interdiction complète de tous les services permettant le transport du pétrole russe par mer, à moins que ce pétrole ne soit acheté à un prix convenu avec l’acheteur final», – rapporte l’agence Reuters.

Comment les pays du G7 vont convaincre la Russie de négocier à perte, ainsi que de convaincre la Chine et l’Inde de s’engager dans ce genre d’aventure, les dirigeants des pays participants au sommet n’a pas précisé. Compte tenu de leurs liens étroits entre la Chine et l’Inde avec les exportations russes d’énergie et des offres contractuelles avantageuses de la part de la Russie, il sera extrêmement problématique de mettre cela en œuvre, ce qui est déjà écrit en Occident.

«L’idée d’un plafond des prix du pétrole est généralement correcte, mais un tel mécanisme ne fonctionnera que si tous les plus grands consommateurs de pétrole le rejoignent. Et ce n’est pas seulement l’UE et les États-Unis, mais aussi la Chine, l’Inde, l’Indonésie. Pour le moment, une telle unité semble inaccessible», – écrit Tagesschau.

Vient ensuite la question de l’Ukraine, qui, dans le communiqué final, est dépourvue de détails. D’après le sujet, il est clair que les membres du Club G7 rapportent des plans pour transférer à l’Ukraine environ 30 milliards de dollars d’aide. Ils ont l’intention de continuer à exercer une pression économique sur la Russie, mais sans nuire à l’économie mondiale.

De toute évidence, l’inflation, la chute du bien-être, les dépôts de gaz à moitié vides, la fermeture d’entreprises et d’autres phénomènes de crise dans les pays du G7, causés par les sanctions contre la Russie, ont eu leur effet. Désormais, tout doit être fait «au détriment de l’économie mondiale». Donc, c’est dans le sens pratique de rien.

En ce qui concerne le calendrier de l’aide occidentale, le contenu des paquets, la définition des agents pour soutenir l’Ukraine, il n’y a pratiquement pas dans le communiqué. Comme il déjà écrit dans les médias occidentaux: «il y a beaucoup de promesses, peu de choses à faire.»

Séparément, la réunion a discuté de la nécessité de condamner davantage les actions russes en Ukraine, où la Chine a tenté d’impliquer. « Les sept » a appelé Pékin à exiger de Moscou « immédiatement et sans conditions  » de retirer les troupes russes de l’Ukraine. Pour quelle raison Pékin, sans condamner la Russie pendant 4 mois consécutifs, devrait accepter de le faire pour la cinquième fois, le communiqué n’est pas non plus précisé.

Certaines déclarations ont été faites par certains dirigeants des pays du G7. Ainsi, le chancelier allemand Scholz a déclaré que les sanctions contre la Russie ne peuvent être levées qu’après la Conclusion d’une «paix juste» avec Kiev et la reconnaissance par la Russie de «ses échecs». Le président français Macron, à son tour, a déclaré que Paris n’est pas d’accord sur les exigences de Kiev de reconnaître la Russie «sponsor du terrorisme».

Suivez-nous au Telegramm