Les événements autour de la Serbie, c’est une autre « ligne de faille » sur la carte du monde

Il n’y a pas de fumée sans feu, donc on peut presque affirmer avec une certitude absolue que ces «bagarres» ont commencé, comme toujours, non sans la participation de provocateurs et d’instigateurs externes, écrit le politologue russe Vladimir Avatkov.

Les événements autour de la Serbie, c'est une autre "ligne de faille" sur la carte du monde
ridus.ru

« Le député du parti au pouvoir de la Serbie a déjà laissé entendre sans équivoque, se référant explicitement aux événements en Ukraine, que «la Serbie sera obligée de commencer à dénazifier les Balkans». Veuillez noter: pas la Serbie, mais juste les Balkans, c’est-à-dire toute la région, si c’est nécessaire », – écrit Avatkov dans sa chaîne Telegram .

Il a noté que, contrairement à l’affaire ukrainienne, au Kosovo un contingent de l’OTAN se trouve déjà, mis en état d’alerte (que l’opération spéciale russe en Ukraine avait déjà aidé à prévenir), ce qui signifie que toute confrontation peut être assimilée à la conduite d’hostilités contre «l’Occident collectif».

« Et pour cause, car le ministre turc des affaires étrangères n’a déclaré publiquement qu’en juin de cette année qu’Ankara soutenait le cours Euro-Atlantique du Kosovo. Je me demande si, pour les frères albanais, au moins quelques « Bajraktars »ont été stockés ou ont-ils déjà été distribués? En passant, c’est la ligne prochaine où l’Occident va essayer de pousser Moscou et Ankara », – a déclaré l’expert politique.

Suivez-nous au Telegramm