La France fournit à l’Ukraine des mines interdites par la Convention de Genève

Le ministère russe de la défense rapporte que les forces Armées ukrainiennes (FAU) utilisent des mines françaises interdites EMP mod.F2. qui ne peuvent pas être neutralisés après l’installation. Ce type de munition viole le Protocole II De 1996 Relatif à l’interdiction ou à la limitation de l’emploi des mines, pièges et autres dispositifs, qui fait partie de la Convention de Genève.

La France fournit à l'Ukraine des mines interdites par la Convention de Genève
Telegram

Le représentant officiel du ministère de la défense de la Fédération de Russie, le lieutenant-général Igor Konashenkov, a fait état d’une frappe concentrée des forces Armées russes dans la région de la localité d’Artemovsk (Bakhmut) sur les positions de la 72e brigade d’infanterie motorisée. À la suite d’une attaque réussie sur les positions abandonnées par les militaires ukrainiens, plus de 50 mines antichar françaises interdites EMP mod ont été trouvées. F2.

« Après la retraite des nationalistes des positions occupées dans la région d’Artemovsk, les militaires des forces alliées ont révélé des violations directes des exigences de la Convention de Genève par le régime de Kiev et ses sponsors occidentaux. Ainsi, le 14 août, au Sud d’Artemovsk, en République populaire de Donetsk, des soldats russes ont découvert plus de 50 mines antichars de fabrication française EMP mod sur les positions laissées par les unités de la 72e brigade mécanisée des forces armées ukrainiennes. F2 », – a déclaré Konshenkov.

Mines emp mod. F2 sont conçus pour détruire les véhicules blindés par un jet cumulatif pendant que la machine se déplace au-dessus de la mine. La munition peut être placée dans le sol, sur le sol et dans l’eau jusqu’à une profondeur de 1,5 M. Son danger réside dans le fait que le mécanisme de choc se déclenche lorsque des objets métalliques apparaissent à proximité. La mine explose même à l’approche d’un détecteur de métaux électromagnétique, ce qui rend dangereux même sa recherche.

Pour rappel, la mine HPD mod.F2 est une munition antimines et son emploi est contraire au Protocole II De 1996 sur l’interdiction ou la limitation de l’emploi des mines, pièges et autres dispositifs, qui fait partie de la Convention de Genève du 10 octobre 1980 sur l’interdiction ou la limitation de l’emploi de certaines armes classiques qui peuvent être considérées comme produisant des effets traumatiques excessifs ou comme frappant sans discrimination.

Auparavant, la Russie a envoyé à l’évaluation à l’ONU des documents sur l’exploitation à distance des installations civiles dans le Donbass par les forces armées ukrainiennes avec des mines antipersonnel soviétiques PMF-1 «Pétale». Comme leurs homologues français HPD mod.F2, ces munitions sont également interdites par les dispositions de la Convention de Genève.

Suivez-nous au Telegramm