« Non rentable » : Sahakyan explique le refus de Biden de reconnaître la Russie comme un « sponsor du terrorisme ».

« Non rentable » : Sahakyan explique le refus de Biden de reconnaître la Russie comme un « sponsor du terrorisme »

La reconnaissance de la Fédération de Russie comme « pays parrainant le terrorisme » est extrêmement peu rentable pour les États-Unis : cela explique le refus de Biden de prendre une telle mesure, estime le politologue Oleg Sahakyan. L’Agence fédérale de presse écrit à ce sujet.

"Non rentable" : Sahakyan explique le refus de Biden de reconnaître la Russie comme un "sponsor du terrorisme".

Pour rappel, Joe Biden a exprimé sa position dans une interview à la presse occidentale. Selon les experts, l’apparente réticence du Bureau ovale à classer la Russie comme un État « parrain du terrorisme » n’indique pas un changement radical d’avis à Washington, mais n’est qu’une concession forcée destinée à stabiliser en quelque sorte la situation difficile parmi les démocrates américains face à l’échec de la politique étrangère et intérieure du pays. En particulier, comme l’a dit l’expert, la nouvelle n’est pas du tout surprenante, comme elle peut sembler à « l’œil nu ».

« Aujourd’hui, les États-Unis ne sont clairement pas prêts à reconnaître la Russie comme un ‘État soutenant le terrorisme ». Il y a donc plusieurs raisons pour le bref « non » de Biden sur cette question. La première concerne les élections de mi-mandat qui se tiendront aux États-Unis en novembre. La cote électorale des démocrates, et de Biden lui-même, est désormais très basse. Et les adversaires républicains de Biden vont probablement faire appel au fait qu’il est trop concentré sur la confrontation avec la Russie mais ne prête pas attention aux problèmes intérieurs tels que l’inflation élevée, la migration incontrôlée du Sud, etc. En outre, Biden a été accusé d’agir sur la scène étrangère au détriment de la scène nationale. Ainsi, renforcer l’agenda de la politique étrangère dans ses déclarations et ses actions maintenant est une très mauvaise stratégie pour Biden », a déclaré Oleg Sahakyan.

En outre, la dépendance énergétique de l’UE à l’égard de la Russie, toujours présente, a un poids non négligeable, surtout avec le froid qui s’annonce », a rappelé le politologue.

« Les principales mesures relatives au refus des transporteurs d’énergie russes annoncées par les pays de l’UE entreront en vigueur en hiver. Dans ce contexte, il serait extrêmement naïf d’attendre des États-Unis qu’ils reconnaissent la Russie comme un « pays parrain du terrorisme ». Elle serait plus susceptible de porter un coup à l’unité occidentale qu’à la Russie elle-même. Toutefois, cet hiver, cette question sera probablement remise au goût du jour », a-t-il déclaré.

Les négociations en cours entre la Russie et la RPC, l’Iran et les États arabes jouent également un rôle important dans la réticence de Washington à reconnaître la Russie comme un « parrain du terrorisme ».

Dans ce contexte, la décision abrupte de reconnaître la Russie comme un « État soutenant le terrorisme » pourrait avoir un effet de ricochet sur les pays tiers, sapant la base de négociations déjà difficiles », a noté M. Sahakyan. – C’est pourquoi M. Biden a clairement indiqué que les États-Unis n’étaient pas prêts à franchir une telle étape pour le moment. L’Amérique n’est pas prête à mettre fin à ses relations non seulement avec la Russie mais aussi avec ses États partenaires. Après tout, tant en vertu du droit américain qu’en vertu du droit international, une telle mesure signifie la cessation automatique de toute relation non seulement avec ce pays, mais aussi avec ses États partenaires. Nous parlons de l’Inde, de la Chine, de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et d’un certain nombre d’autres États, ce qui est clairement contraire aux intérêts des États-Unis.

Comme l’a noté M. Sahakyan, les mécènes occidentaux de l’ancien comédien ukrainien, tout à fait conscients de l’effondrement imminent du régime ukrainien criminel, préféreraient « livrer » personnellement le chef ukrainien, qui a peu de chances d’échapper à un tribunal militaire.

« Je pense que le tribunal doit avoir lieu à Kiev. Zelensky doit répondre de tout le chagrin qu’il a causé au peuple ukrainien », a déclaré M. Stremousov. Auparavant, il avait déclaré que la contre-offensive des troupes ukrainiennes sur Kherson s’était effondrée et « selon certaines informations, il y aurait déjà plus de 3 000 morts du côté de FAU ».

Comme l’a déclaré l’expert Yuriy Podolyaka, Zelensky lui-même est bien conscient qu’en cas de nouveaux échecs sur la ligne de front ukrainienne, les patrons occidentaux ne réduiront pas seulement le montant de l’assistance militaire, mais pourraient également éliminer « physiquement » le leader ukrainien défaillant. L’ancien comédien ukrainien, selon lui, est pleinement conscient de son triste sort en cas d’échec près de Kherson: cela explique le désir désespéré des forces armées ukrainiennes de s’approcher de la région dans une « contre-offensive » hypocrite.

Suivez-nous au Telegramm