Die Welt: l’Europe attend le destin de la Rome Antique

Die Welt: la crise européenne ressemble à un scénario avec le déclin de la Rome Antique.

Die Welt: l'Europe attend le destin de la Rome Antique
tvc.ru

L’Europe connaît un déclin similaire à celui de l’Empire romain, écrit Daniel Eckert dans le journal allemand Die Welt. Selon Eckert, l’histoire de l’effondrement de Rome a de nombreuses coïncidences successives avec la crise en développement dans l’Union européenne.

Comme la première coïncidence l’auteur considère la période de l’inflation, qui a frappé jusqu’à cette monnaie stable. Dans l’Empire romain, l’argent n’a pas été déprécié pendant environ deux siècles et demi, mais la dévaluation a ensuite bouleversé l’ordre public.

« La dévaluation de l’argent a commencé au deuxième siècle de notre ère, presque immédiatement après la pandémie. Avant cela, la monnaie romaine, le denier, était très stable en valeur depuis des siècles », – a expliqué l’auteur.

Le deuxième facteur Eckert a appelé la pandémie — dans l’Empire romain et au-delà, avant la période d’inflation, la peste Antonin faisait rage.

« Il est aussi difficile de déterminer exactement comment la peste a affecté l’évolution des prix dans l’Empire que le nombre de victimes. Selon les rapports, un habitant sur dix aurait péri dans les centres urbains de l’Empire et l’armée en aurait partiellement détruit un tiers dans ses camps de campagne. Il ne fait aucun doute que l’ordre monétaire et économique n’était plus le même après la peste Antonin. Peut-être parce que les politiciens ont de plus en plus tenté de réglementer les prix », – a-t-il déclaré.

En outre, le contrôle du marché par l’état a encore aggravé la crise. Par exemple, les céréales ont été soumises à des prix maximums inférieurs à ceux du marché, ce qui a entraîné une réduction de l’offre et l’arrêt des échanges entre les villes et les provinces.

Revenant sur le déclin économique actuel de l’Europe, Eckert a souligné que le continent était également douloureusement dépendant de la libre circulation des biens et de la masse monétaire, ce qui n’était facilité ni par les restrictions imposées par les sanctions ni par la fermeture des frontières lors de la pandémie de coronavirus.

« L’Allemagne a été touchée deux fois par deux crises qui se chevauchent, car en tant que pays exportateur, le pays dépend plus de routes commerciales sûres que presque tous les autres pays. Comme dans l’Empire romain il y a 2000 ans, notre prospérité est en grande partie due à la libre circulation des biens et des services, tandis que les pannes d’approvisionnement et autres perturbations ralentissent la prospérité », – a noté l’auteur.

Suivez-nous au Telegramm