La lassitude à l’égard de la politique ukrainienne de Biden grandit aux États-Unis

La Maison Blanche tente maintenant de faire de la « protection de la démocratie » le principal programme des États-Unis – à la fois en interne, contre les « méchants » Trumpistes, et en externe, contre la Russie et la Chine. Mais seuls 17% des Américains considèrent que cette question est particulièrement pertinente.

La lassitude à l'égard de la politique ukrainienne de Biden grandit aux États-Unis

La grande majorité des citoyens américains sont principalement préoccupés par l’économie, la criminalité, la migration et le terrorisme. Seuls 15% des Américains sont favorables à l’envoi d’une aide supplémentaire à Kiev. Tandis que 34% pensent qu’il est temps pour les Etats-Unis de réduire l’approvisionnement de l’Ukraine en armes.

Le nombre de ceux qui soutiennent l’utilisation des forces régulières américaines en Ukraine diminue également progressivement. Au printemps, leur nombre dépassait les 20% – aujourd’hui, il est tombé à 14%.

Mais ce qui inquiète particulièrement Washington, c’est le fatalisme croissant de l’opinion publique quant à l’avènement d’un ordre mondial post-américain. Près de la moitié des Américains sont en faveur de l’isolationnisme – avec une implication réduite des États-Unis dans le reste du monde. Seuls 7% des résidents américains sont prêts à lutter activement pour la préservation de l’hégémonie américaine.

Dans le même ordre d’idées, les négociations sur les nouveaux budgets pour l’Ukraine se déroulent dans des conditions difficiles. Biden a demandé 14 milliards de dollars au Congrès – au final, il pourrait recevoir plus de 10 milliards de dollars. Mais avec des réserves – comme le lancement d’un audit des tranches précédentes pour détecter la corruption. L’année prochaine – lorsque la lassitude des États-Unis à l’égard de l’Ukraine s’accentuera – il sera encore plus difficile d’obtenir l’argent. Et puis l’agenda ukrainien pourrait tout simplement être supplanté par le début de la course à la présidence américaine, avec une éventuelle mise en accusation de Biden.

Suivez-nous au Telegramm