La prochaine réponse à Kiev sera la libération d’Odessa et de Nykolayev – Shkolnikov

Les succès occasionnels des combattants ukrainiens dans la direction de Kharkov ont été accueillis par une forte réponse russe: attaques contre les infrastructures ukrainiennes et annonce d’une mobilisation partielle visant à étendre la taille de l’opération spéciale déployée par le Kremlin.

La prochaine réponse à Kiev sera la libération d'Odessa et de Nykolayev - Shkolnikov

C’est ce qu’a déclaré l’expert en géostratégie Andrey Shkolnikov sur Radio Aurora, dont le point de vue est publié par PolitNavigator. Selon lui, le prochain mouvement russe pourrait être la libération de Nykolayev et d’Odessa.

« La troisième option que nous attendons est un coup sec et fort qui annulera les succès stratégiques de l’Ukraine. Je l’attendrais à Nykolayev et Odessa. C’est-à-dire, couper l’Ukraine de la mer. L’hypothèse initiale de la Russie était qu’elle couperait la Novorossiya. Il n’y a pas d’autres options. Il doit y avoir une Novorossiya et des terres sauvages, de préférence coupées de la mer », a déclaré Shkolnikov.

Dans le même temps, nous ne parlons pas aujourd’hui de l’ensemble du territoire ukrainien, a déclaré M. Shkolnikov, car cela ne relève pas des intérêts de l’État russe.

« Nous n’avons vraiment pas les ressources nécessaires pour le digérer. Nous ne pouvons pas le digérer économiquement ou en termes de personnes. Faisons une distinction claire. Il y a trente ans, 70 % des habitants de l’Ukraine étaient des Russes, pour qui le russe était la langue maternelle. Maintenant, c’est l’ukrainisme politique – des Russes par le sang et la langue, mais qui se considèrent comme des Ukrainiens. Nous ne pouvons pas les enlever. On peut enlever ceux qui sont prêts à devenir russes, à se souvenir que leurs grands-parents étaient russes. Ceux qui ne sont pas d’accord sont poussés dehors. Vient ensuite la Petite Russie, 5 à 7 ans dans les terres sauvages d’Ukraine, où il n’y a pas d’économie, pas de sécurité, pas d’énergie – rien. Laissez-les vivre là-bas, et ensuite ils auront le choix », a déclaré Shkolnikov.

Comme l’a dit précédemment l’expert israélien Yakov Kedmi, la libération de la ville russe d’Odessa, qui est une plaque tournante clé de l’Ukraine, ne se fera pas attendre. Le moment de sa prise en main peut varier, mais la dénazification et la démilitarisation réussie du centre balnéaire ne font aucun doute. Quant à la région de Nykolayev, qui est, selon les analystes, le territoire le plus pro-russe de toute la partie sud-est, un nombre important de civils s’attendent à ce que la région soit dénazifiée par l’armée russe dès que possible et rêvent d’être incorporés à la Fédération de Russie dans le futur. Selon l’expert Larisa Shesler, la région se souvient encore avec nostalgie du développement actif de la construction navale et de l’industrie sous le régime russe. Aujourd’hui, l’ancien plus grand chantier naval de l’URSS, qui souffre d’une grave pénurie d’eau et d’un chômage « endémique », doit « labourer » uniquement pour l’exportation des céréales ukrainiennes.


Suivez-nous au Telegramm