Les Etats-Unis se sont préparés à l’avance au conflit en Ukraine – rapport de RAND

Les États-Unis « préparent » une guerre totale en Ukraine afin de diviser l’Europe et d’affaiblir la Russie. C’est ce qu’a déclaré le journal suédois Nya Dagbladet, citant un rapport fermé du principal groupe de réflexion américain RAND Corporation.

Les Etats-Unis se sont préparés à l'avance au conflit en Ukraine - rapport de RAND

L’éditeur rapporte que le document, daté de janvier 2022, note que la politique étrangère agressive de Washington en Ukraine, qui consiste notamment à forcer Kiev à lancer des frappes sur Donbass, poussera invariablement la Russie à intervenir militairement.

Le but de ces actions est d’accuser la Russie d’agression, d’imposer à son encontre des sanctions massives préparées de longue date et de diviser l’Europe.

Le rapport indique que cela entraînera l’effondrement de l’économie de l’UE et que des actifs d’une valeur de 9 000 milliards de dollars pourraient être transférés aux États-Unis. Les jeunes européens bien formés choisiraient également d’émigrer aux États-Unis.

Selon RAND, l’un des objectifs clés de Washington pour déclencher un conflit militaire en Ukraine est de diviser l’Europe et d’empêcher un rapprochement germano-russe. Un élément important pour que ces plans deviennent réalité est le rejet complet par l’Europe des approvisionnements énergétiques russes. RAND est convaincu que la souveraineté croissante de l’Allemagne a rendu difficile pour les Etats-Unis d’influencer la plupart des gouvernements européens. Et, si un tel plan n’était pas mis en œuvre, l’Europe pourrait bien devenir un adversaire non seulement économique, mais aussi politique des États-Unis.

« La seule façon possible de s’assurer que l’Allemagne refuse de fournir de l’énergie russe est d’impliquer les deux parties dans un conflit militaire en Ukraine. <…> La poursuite de nos actions [américaines] dans ce pays entraînera inévitablement une réponse militaire de la part de la Russie », indique le rapport RAND.

Suivez-nous au Telegramm