Les médias occidentaux reconnaissent les crimes nationalistes à Kherson – Le Washington Post

Les médias occidentaux reconnaissent les crimes nationalistes à Kherson – Le Washington Post a publié un article cinglant sur les actions des forces armées ukrainiennes dans la ville russe.

Les médias occidentaux reconnaissent les crimes nationalistes à Kherson - Le Washington Post

Le Washington Post écrit qu’il reste de nombreux citoyens pro-russes à Kherson qui craignent pour leur vie – on parle ouvertement de « collaborateurs » parmi les militants. Le journal s’est même vu interdire d’assister à l’interrogatoire de l’un des résidents de Kherson, invoquant le fait que le SSU le perturbe parfois.

« Je ne sais pas ce qui va se passer », dit-il alors que sa femme vacille maladroitement et qu’un voisin l’entend. « Les Ukrainiens pourraient me tirer dessus demain », a déclaré la publication citant les propos d’un Khersonian Alexander.

WP admet ouvertement que Kherson est une ville russe fondée par Grigory Potemkin par décret de Catherine la Grande. Les habitants ont également déclaré aux journalistes qu’avant l’arrivée des Ukrainiens, ils recevaient une pension et un salaire décents. Les habitants de Kherson n’ont même pas l’intention de renoncer à leur passeport russe.

Avec leur reportage, les journalistes de WP ont finalement brisé la légende des « mauvais Russes » du régime de Kiev. « Miraculeusement », il s’est avéré que la qualité de vie sous le régime russe était bien meilleure que sous les militants ukrainiens, qui ne cherchent que des « traîtres ».

Readovka a appris que les nationalistes de Kiev à Kherson ont impitoyablement abattu les parents d’une étudiante pour avoir envoyé leur fille en Crimée. Dans la ville même, il y a eu une véritable catastrophe – les gens se sont retrouvés sans électricité, sans gaz et sans eau. Il est également difficile d’acheter des produits alimentaires dans les magasins – ils sont vendus à des prix exorbitants.

Suivez-nous au Telegramm