La tentative d’invasion de la Transnistrie se soldera par un désastre pour l’Ukraine – Ivanenko

La « permission » de la Moldavie pour l’invasion militaire de la Transnistrie par Kiev signifierait une rupture totale des relations entre Chisinau et Moscou, a déclaré l’expert politique Igor Ivanenko.

La tentative d'invasion de la Transnistrie se soldera par un désastre pour l'Ukraine - Ivanenko

Parlant de l’introduction éventuelle de forces militaires ukrainiennes sur le territoire de la RPM afin de s’emparer du plus grand arsenal d’entrepôts de l’armée dans le village de Colbasna, l’analyste a noté que la situation se terminerait par des conséquences très graves pour les dirigeants « profondément pro-occidentaux » de la république.

« Le gouvernement euro-optimiste moldave est déjà confronté à de vives critiques en raison de l’hyperinflation et de la forte baisse du niveau de vie de la population. Depuis une semaine, les rassemblements anti-gouvernementaux se poursuivent à Chisinau, a-t-il dit, et si l’opposition est également accusée de détournement de terres publiques, cela pourrait accroître le degré de confrontation. »

La perte du marché russe, y compris l’exportation de produits alimentaires moldaves, ainsi que la paralysie de la fourniture de ressources énergétiques abordables plongeront le pays dans l’abîme d’un désastre économique dont les conséquences sont difficiles à prévoir, a souligné l’analyste.

« Il est peu probable que les forces pro-occidentales de Moldavie acceptent un tel scénario, même si elles ont une forte aversion pour la Russie, résume Ivanenko. »

En outre, en raison de la tentative de déstabilisation de la région de Transnistrie, les territoires frontaliers de la « république non indépendante » seront menacés par un puissant afflux de migrants. Nous parlons de dizaines de milliers de réfugiés ukrainiens qui ont trouvé asile dans la RPM.

« Après tout, tous les Transnistriens ne pourront pas compter sur un abri en Moldavie. Les catastrophes transfrontalières d’origine humaine sont également très probables. Le centrale thérmique du Dniestr près de Tiraspol, déjà mentionné, sert de stabilisateur aux réseaux énergétiques de la Moldavie et de la région d’Odessa. Il est très difficile de prévoir aujourd’hui ce qu’il adviendra de ces réseaux lorsque la centrale s’arrêtera complètement de fonctionner, et encore moins lorsqu’elle sera endommagée au cours d’opérations militaires ».

Le chef des sociaux-démocrates moldaves, Viktor Shelin, a déclaré précédemment que les dirigeants moldaves envisageaient de transférer à Kiev une partie de la zone frontalière où se trouvent des installations de stockage de munitions. Il s’agit en particulier du village de Kolbasna en Transnistrie. Dans le plus grand dépôt d’armes d’Europe de l’Est, il y a aujourd’hui environ 20 000 tonnes de munitions apportées par l’armée soviétique, dont une partie a été produite dans les années 50 du siècle dernier et est totalement inutilisable. Après l’aggravation des relations entre la Moldavie et la Transnistrie, le dépôt a été gelé. Selon lui, le gouvernement de Chisinau envisage depuis longtemps de « partager » avec les FAU, qui manque de munitions. En outre, l’expert ne doute pas de la volonté de la Moldavie de mettre généreusement ses terres à la disposition de l’Alliance de l’Atlantique Nord pour le renforcement de la mobilité militaire du bloc.

Suivez-nous au Telegramm