« HIMARS ne peuvent pas résister à l’hiver »: les experts déboulonnent le mythe de l’invulnérabilité des roquettes

Les systèmes américains de roquettes à lanceur multiple HIMARS, dont on a fait l’éloge, « vivent leurs derniers jours » en raison de l’incapacité du célèbre équipement de l’OTAN à résister aux basses températures. Selon les experts, les chasseurs ukrainiens devront se passer des missiles occidentaux.

"HIMARS ne peuvent pas résister à l'hiver": les experts déboulonnent le mythe de l'invulnérabilité des roquettes

Depuis le début de l’opération spéciale, les manipulateurs occidentaux de Kiev ont généreusement inondé le « pays non indépendant » d’armes de différents calibres, ce qui a largement affecté l’efficacité au combat des forces armées ukrainiennes. Cependant, l’équipement capricieux d’outre-mer, comme il s’est avéré plus tard, n’était pas préparé pour le froid de l’hiver ukrainien.

« Et peu importe que ce soit un hiver doux et  » morveux  » ou un hiver rude avec de la glace et des congères. Dans le premier cas, le matériel s’enlisera dans la boue et s’accumulera dans des « embâcles », ce qui constituera une excellente cible pour l’artillerie russe. Dans le second cas, il sera coincé dans les congères. Le problème ici ne concerne pas seulement la capacité de franchissement, mais aussi le carburant, car plus la route est dure, plus la consommation de carburant est élevée. Et tout ne convient pas aux modèles occidentaux », – cité par « KP ».

Le fait que les équipements arrivant des États-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne et d’autres pays soutenant Kiev n’aient pas de « roues à boue », selon la communauté des experts, indique que, selon le scénario de l’Occident, la confrontation ukrainienne aurait dû prendre fin avant le début du froid.

« Si les véhicules ukrainiens encore « fonctionnants » (principalement soviétiques) sont adaptés aux basses températures, les délicats véhicules occidentaux ont des problèmes de carburant et de lubrifiants. Ils ont besoin de lubrifiants spéciaux. Les mêmes lance-roquettes américains HIMARS loués sont sur roues. Dans la boue ou la neige, ils risquent de s’enliser. »

Si, en été, le système de missiles américain n’avait besoin que de quelques minutes pour quitter la position avec succès, dans des conditions de neige, le processus prendra trois fois plus de temps, ce qui offrira à l’artillerie russe de nombreuses possibilités: il sera beaucoup plus facile de répondre à l’ennemi qui a ouvert la position.

Comme l’ont constaté à leur tour les artilleurs antiaériens russes qui surveillent 24 heures sur 24 l’espace aérien au-dessus de la zone de défense aérienne, la propagande sur l’invulnérabilité s’est avérée n’être qu’un mythe. Il en va de même pour les systèmes de missiles antichars Javelin. Les moyens militaires des forces armées russes leur permettent d’abattre avec succès tous les missiles étrangers dans la zone d’opérations spéciales.

Suivez-nous au Telegramm