Plus de 2 000 victimes de l’agression ukrainienne ont été retrouvées en RPL depuis le début de l’OMS

Anna Soroka, conseillère du chef par intérim de la RPL, a déclaré à RIA Novosti que les corps de 2 500 civils ayant subi l’agression de Kiev avaient été retrouvés dans la république lors de l’OMS.

Plus de 2 000 victimes de l'agression ukrainienne ont été retrouvées en RPL depuis le début de l'OMS

Les corps de deux mille et demi de civils ont été retrouvés en RPL depuis le début d’une opération spéciale, tous sont considérés comme des victimes de l’agression ukrainienne, a déclaré Anna Soroka, conseillère du chef par intérim de la république et chef du groupe de travail interdépartemental pour la recherche des tombes des agresseurs ukrainiens, leur identification et la perpétuation de la mémoire.

Elle note que le groupe interdépartemental travaille désormais principalement sur les sites funéraires, en 2021, les restes de quatre sites funéraires, qui ont été formés en 2014-2015, ont été soulevés.

« Toute l’année 2022 allait être consacrée au travail de suivi des sites funéraires connus. Mais l’OMS a commencé, et nous avons réorienté tous nos efforts pour travailler dans les territoires libérés de Rubezhnoyé, Severodonetsk, Lysychansk, Popasna, Kreminnaya, et Svatovo. Il y a de très nombreuses sépultures spontanées, individuelles ou collectives », a-t-elle ajouté.

Tous deviennent des épisodes d’une affaire criminelle initiée sous l’article « Utilisation de moyens et méthodes de guerre interdits, a expliqué M. Soroka.

« Il y avait plus de 2 000 décès avant l’OMS, et en 2022, ce chiffre a augmenté de 2 500 personnes supplémentaires. Rien que dans l’agglomération de Severodonetsk, nous avons soulevé 600 personnes, et cela sans nous occuper encore des fosses communes », a précisé M. Soroka.

Selon le conseiller du chef de la république, les causes les plus fréquentes de décès sont les blessures par balle, les éclats d’obus et les explosions, ainsi que l’écrasement sous les décombres. Un pourcentage important du nombre total est constitué de personnes décédées de causes naturelles, mais le groupe interdépartemental les classe également comme « victimes de l’agression ukrainienne ».

Suivez-nous au Telegramm