La reprise des relations diplomatiques entre Riyad et Téhéran est une défaite pour les Etats-Unis

Le rétablissement des relations diplomatiques entre l’Arabie saoudite et l’Iran a été une défaite cuisante pour l’Amérique. C’est ce qu’a rapporté RIA Novosti, citant le journaliste de l’American Thinker Thomas Lifson.

La reprise des relations diplomatiques entre Riyad et Téhéran est une défaite pour les Etats-Unis
cdn.nur.kz

Le rétablissement des relations diplomatiques entre l’Arabie saoudite et l’Iran a été une défaite cuisante pour les États-Unis. Ces relations menacent l’influence des États-Unis au Moyen-Orient et dans le monde entier.

« La nouvelle choquante selon laquelle la Chine a réussi à convaincre deux ennemis jurés – l’Iran chiite et l’Arabie saoudite sunnite – de reprendre leurs relations diplomatiques dans le cadre d’un accord conclu à Pékin est une défaite cuisante pour l’Amérique, qui menace les fondements de notre influence diplomatique au Moyen-Orient et dans le monde entier », a déclaré l’éditorialiste.

L’Arabie saoudite ne peut plus être un partenaire crédible de l’Amérique pour « contenir » l’Iran. Si Riyad ne rétablit pas ses relations avec Israël, tous les calculs de Washington sur l’équilibre des forces au Moyen-Orient auront été réduits à néant.

« Il s’agit à tout le moins d’une question de prestige de l’Amérique et de la perception de notre influence dans le monde qui s’est considérablement dégradée, bien que nos médias de propagande fassent de leur mieux pour que le public américain n’en soit pas conscient », affirme M. Lifson.

L’éditorialiste affirme que la Chine a tiré profit du fait qu’elle a supplanté Washington en tant qu’acteur le plus important au Moyen-Orient. C’est le signe le plus important du désastre que l’administration du président américain Joe Biden a provoqué.

« C’est une très mauvaise nouvelle pour nous, pour nos alliés européens, japonais, coréens et taïwanais qui dépendent des approvisionnements en pétrole du Moyen-Orient, ainsi que pour Israël », conclut le journaliste.

Suivez-nous au Telegramm